Split K7 Archet cassé/1000DIEZ

archet cahé.jpg

Archet cassé sort de nouveaux morceaux, mais de manière si discrète qu’on pourrait bien passer à côté. Cinq titres supplémentaires – dont deux instrumentaux – à se mettre sous la dent de ce spleen en rimes qui court après l’enfance et ne cherche pas à prouver quoi que ce soit. Un côté électro peut-être encore un peu plus prononcé, voire cold sur le dernier titre. Si je ne devais en retenir qu’un parmi toutes les expérimentations one-man/woman/chanson/synth/indus/wave, y’aurait des chances que ce soit Archet cassé.

De l’autre côté, 1000# balance des beats à l’envers plutôt cools. Il y a du texte aussi, dont un e-dozer débile et halluciné bien marrant.

Ceci est une cassette à la jolie pochette sérigraphiée mais je n’en dirai pas plus vu que je ne l’ai pas.

Split K7 Archet cassé/1000DIEZ (Four4 records).

>>>>>>>>>> FOUR4 RECORDS

Taulard/Ultrademon split 10 »

Ce qui frappe d’entrée de jeu sur la face Taulard, c’est le son, qui opère un virage à 180° par rapport aux enregistrements précédents. Alors qu’ils lorgnaient vers un certain minimalisme, un peu lo-fi, mettant en valeur le caractère naïf des paroles de Taulard, il s’est épaissi ici, le synthé et la voix sont un peu plus prises dans le mix où basse et batterie se sont musclés. Taulard ressemble presque à un groupe de punk-rock, tout à coup.

Ca fait bizarre, au début. Mais pourquoi pas ? Et, de toutes façons, la personnalité du groupe traverse cette mue sans encombres. On retrouve les textes personnels où le réalisme peut cotoyer la poésie, comme dans « Sombre et inquiet » – le morceau le plus fort du disque, à mon avis, et qui lui donne son titre. Si « Stressé » nous refait le coup du morceau débordant et frénétique, « T’es susceptible » vibre de ces mélodies simples typiques du groupe, un peu sous influence new-wave, pleines d’allant et néanmoins toujours menacées d’une pesanteur sournoise. Toujours entre légèreté apparente et anxiété déclarée.

De leur côté du disque, Ultradémon proposent deux morceaux, alternant mélodies vénéneuses, grooves surfisants décalés et explosions de démence, qui devraient eux-aussi retenir toute votre attention.

Ce disque est disponible pour 5 euros auprès des groupes : Taulard et Ultrademon.

« Chanson française cabossée » (Split Lovataraxx/Archet cassé !)

archet cassé 2.jpeg

Ce split est la première production d’un nouveau label de Grenoble, Four4 recordz, et est disponible uniquement en cassette – ce qui fait que je ne le possède pas physiquement, n’étant pas équipé de ce matériel de pointe. Je suis tombé dessus complètement par hasard, autrement je n’en aurais probablement jamais eu connaissance, comme la plupart des gens d’ailleurs.

Archet cassé !, c’est le projet solo de Josselin, le chanteur de Taulard. Difficile d’éviter les comparaisons avec ce groupe vu que l’air de famille est évident. Même rythmes binaires, mêmes synthés qui donnent envie de siffloter, comme un air de game-boy. A y regarder de plus près, les nappes de synthé sonnent quand même un peu plus molles, plus cotonneuses, les sonorités plus synthétiques. La musique a un peu moins d’allant et l’ambiance générale est plus intimiste, accentuant l’impression de solitude.

Le chant a un peu évolué aussi et se permet quelques effets qui lui donnent davantage l’air d’un « chanteur » mais sans qu’il perde non plus ce côté slammeur paniqué, ces lignes un peu bancales et ces rimes à deux balles, qui faisaient tout le charme de l’album de Taulard. Il a ce truc génial de faire sonner des phrases toutes bêtes – « L’endroit où j’ai grandi / était si p’tit / j’pouvais même pas choisir mes amis » – exactement comme, dans un style différent, certains groupes de rock français que j’aime presque malgré moi, les Wampas ou les Shériffs par exemple.

Mais ce qui est le plus captivant, c’est le contraste entre cette musique légère qui s’écoute et se retient en un clin d’oeil et le propos cru des textes. Anecdote glauque dans « Prof de français », douloureuse dans « Grincements ». On retrouve ce contraste dans pas mal de choses qui sortent en ce moment, sauf qu’ici c’est au-delà du style. Récit sans fard du quotidien, auto-analyse désarmante de sincérité des doutes et souffrances du personnage/chanteur au fil d’une année qu’on suit à travers des morceaux comme « la loose » ou « Année de merde ».

Le métier de prof revient comme un fil conducteur dans les morceaux. L’hésitation face à une voie tracée et la perspective de s’éloigner de la musique, de la création, jusqu’à cette fin hallucinante, « J’irai pas à Versailles », où la voix, citant la réponse froide et bureaucratique de l’institution face à la démission, semble perdre tout élan et se crasher dans la torpeur dépressive.

Version sous anxiolytique de Taulard en quelque sorte, Archet cassé !, c’ est un bijou de chanson française-ragga minimaliste et cabossée.

La face Lovataraxx, elle, est assez étrange. Une tonalité globalement new-wave sombre avec un son qu’on croirait tiré tout droit d’un Joy Division, mais les morceaux sont assez hétérogènes. « Ohrwurm » a des allures de titre de Yann Tiersen qui aurait trop tripé sur la bande à Ian Curtis (phrase cliché de chroniqueur de disques n°523), « Hymnel » lorgne du côté de Cure mais avec des choeurs un peu surf et « Roméo » propose un chant français narquois et répétitif. Cette face se termine sur « Idolon », un morceau qui pourrait être la bande-son d’un film d’horreur antique, quand on disait « film d’épouvante ». Bref, il y a tout un monde.

S’il-te-plait, clique .

 

Split cassette Lovataraxx/Archet cassé !, Four4 recordz, mars 2016.

Taulard – « Les abords du lycée »

Couverture 1

C’est drôle, ce groupe.  Les petites mélodies faciles et rigolotes façon nintendo servies par une basse et un synthé joueurs et les paroles introspectives, concernées et perturbées. Et on balance le tout et ça donne un mélange que je trouve bien personnel. Comme du punk sans se cacher derrière les cris, ou de l’électro avec un cerveau.

Les paroles, c’est un peu pareil. On met en rime toute la vie et on balance. Depuis un hymne au Moucherotte jusqu’à une lettre pleine de remord à une ancienne petite amie ou une histoire d’auto-stop qui tourne presque mal. D’autres choses un peu plus énigmatiques, aussi. Y’a toujours cette spontanéité, cette sincérité un peu sur le fil qui est assez poignante.

Au premier abord, j’avais trouvé l’esthétique du disque peu attirante. En fait, elle correspond totalement à la musique de Taulard. Simple, à la fois réaliste et poétique, avec ses zones d’ombres et surtout ne se souciant pas trop de correspondre à des modes. Le disque est sorti en collaboration avec le label grenoblois Taenia Solium (et aussi Et mon cul c’est du tofu ? Mais c’est pas marqué sur le disque, j’ai pas trop compris…). Il est vendu à prix libre et sent bon le DIY. Y’a un chouette texte dans le livret qui explique les motivations pour sortir ce genre de disque et le choix du prix libre.

Et d’ailleurs, l’album est téléchargeable sur leur site. Trop gentils…

http://taenia-solium.net/cadre.htm

http://taulard.bandcamp.com/

http://taulard.blogspot.fr/