SLOKS – Holy motor LP

SLOKS à plein régime. Après un 10″ numérique et un 7″ hautement inflammables, les Turinois gravent dix brûlots dans la chair tendre d’un vinyle. Enregistré au Swampland studio à Toulouse, ce premier LP balaye immédiatement toute pseudo-interrogation sur la capacité du groupe à tenir la longueur. Le son frappe d’entrée, plus spacieux, plus tranchant que sur les enregistrements précédents. Sans pour autant trahir le côté crade et totalement déviant du groupe – au contraire, la distortion est omniprésente. Parasite, sifflante, grésillante, elle s’infiltre et infecte la moindre parcelle du son. La bête est lâchée.

Les ritournelles rock’n roll échevelées et imperturbables de Buddy Fuzz – comme James Dean nonchalant au volant de sa bagnole lancée plein gaz en direction d’un ravin dans La fureur de vivre. Ou alors le gars qui zigouille des zombies la clope au bec et l’air blasé. Chantons sous la pluie, sifflotons dans le chaos alors que tout s’écroule autour de nous. La batterie, uniformément punitive et viscérale. Et la voix d’Ivy Claudy, lamentable, magnifique, tour à tour menaçante, geignarde ou hystérique et toujours sur le point d’éclater en sanglots ou en imprécations maniaques. La machine SLOKS tourne à plein et vomit un rock’n roll primal et flippant. En ouverture de l’album, One up est sauf erreur le seul titre non-inédit, puisqu’on le trouvait déjà sur l’EP éponyme. Mais cette version sauvage et speedée est pleinement justifiée. Certains morceaux restent dans cette veine rock’n roll enlevée et orgiaque (Lost memory, Tuning radio) tandis que d’autres (Holy motor, Jazz is dead, la fin de One Up) plongent dans quelque chose de plus sombre, de plus vicieux, dans les parages du noise-rock de psychopathe de Brainbombs. Voire ralentissent franchement le tempo comme le délicieux Rat. Répétitif, torve, sournois à souhait. Rhaaaaa, lovely – clairement mon morceau préféré du disque.

Ce fond de désespoir mis en musique rétro crée une sorte de théâtre tout en réverbération flippante et couches de fuzz mutantes, où les émotions sont exacerbées et pathétiques, et qui évoque un autre grand groupe de rock’n roll expressionniste, les Cramps. Le turbo-garage de SLOKS ne déçoit en rien et prend au contraire une dimension encore plus malsaine, plus désespérée et cynique et belle. Reverend beat-man ne s’y est pas trompé qui, après avoir vu le trio par hasard une après-midi de festival, s’est écrié qu’il allait signer immédiatement sur son label Voodoo rythm records un groupe italien incroyable avec une chanteuse suicidaire – dont il compare la performance à la Lydia Lunch des débuts. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire, se ruer de toute urgence sur cet album essentiel. En attendant la tournée qui devrait nous heurter de plein fouet dans quelques mois.

>>>>>>>>>> SLOKS

>>>>>>>>>> SLOKS THE TURBO-GARAGE INTERVIEW

>>>>>>>>>> VOODOO RYTHM RECORDS

« E tutti noisy quanti » (Sloks, Thee Sweeders, Nurse – La Spirale, 30 sept.)

sloks couv.JPG

Même lieu, même affiche que lors du concert mémorable de 2016. A un nom près puisque Nurse remplaçait What the fuck? Pourquoi changer une équipe qui gagne ?

La Spirale est une petite salle associative, un endroit différent qui fleure bon le do it yourself. Gérée par les groupes, on peut y boire un coup, rencontrer les groupes bien sûr et acheter les disques de la scène locale.

C’est Sloks qui ont ouvert les hostilités. J’attendais avec une certaine impatience de les revoir en concert et de rencontrer ce groupe interviewé par mail l’an dernier. Ils étaient visiblement ravis de leurs trois jours de tournée dans les environs et bien décidés à ne pas laisser une miette aux chiens.

sloks 3.JPG

Le rock’n roll est mort de puis longtemps mais Sloks en ont clairement rien a foutre. Leur musique est faite pour réveiller les morts de toutes façons.

sloks 2.JPG

Ces rythmiques martelées, cette guitare abrasive et les incantations déchirées d’Ivy Claudy aux allures d’exorcisme, tu crois que c’est pour quoi ?

sloks 5.JPG

On retrouve avec plaisir leurs morceaux qui suintent la hargne en roue libre.  « Close the door », Use me »… Use me Use me / And abuse me / I can take / even more !

Le trio jouera aussi quelques nouveaux morceaux, plus groovy selon leurs dires. J’avoue que je n’ai pas fait suffisamment attention pour vraiment le remarquer.

sloks 1.JPG

L’album à venir, qui devrait sortir sur le label suisse Voodoo rythm records, permettra de se faire une idée plus précise. Claudy nous racontera les circonstances assez marrantes de sa rencontre impomptue avec Reverend Beat-Man, suite à un concert d’après-midi peu mémorable.

sloks 4.JPG

Les locaux de l’étape, Thee Sweeders prennent la suite avec leur rock tendu, moins mélodique que dans mon souvenir. La voix rappelle même quelque chose de Motorhead.

sweeders 3

Ils seront rejoints par un copain pour une très chouette reprise de Gun club. « The house on highland ave », je crois.

sweeders 2.JPG

Après cette série de concerts avec Sloks, ce serait chouette que cette collaboration transalpine prenne la forme d’un disque partagé. Et apparemment, il se pourrait bien que ce souhait devienne réalité un jour. Hé hé.

Et c’est à Nurse qu’il revient de clore la soirée. Vus pour la deuxième fois en peu de temps, mais on ne s’en lasse pas.

nurse 1.JPG

Malgré la fatigue – dans Nurse, y’en a toujours un qui arrive explosé – leur émo-rock fievreux et sensible fait son effet. Sur le public comme sur le groupe, pris d’instants de folie. C’est bien la première fois que je vois un guitariste essayer d’attaquer son batteur en plein concert.

nurse 3.JPG

Certains ambiances ciselées, fragiles, flirtent presque avec la pop, mais vibrent toujours de suffisamment d’intensité pour ne jamais vraiment y toucher. Le groupe varie les atmosphères, essaye des trucs, des plans osés, sans jamais se perdre et en restant toujours lui-même.

nurse 2

Et pour terminer, un petit live qui a été fait deux jours avant, lors du concert de Sloks à Urgence disks, à Genève.

>>> SLOKS

>>> THEE SWEEDERS

>>> NURSE

sloks sweeders

Truc de dindes ! (The Scaners, New Bomb Turks – Ayers rock boat, 11 juillet)

NBT couv.JPGTu peux en penser ce que tu veux, mais la vie réserve parfois des surprises. Comme ce groupe – New Bomb Turks – , dont tu n’avais en tout et pour tout que le souvenir lointain d’un album sur une cassette copiée et d’un article dans feu le fanzine Violence, refaisant  surface sans crier gare. Et le pire, c’est qu’il y avait une bagnole pleine de fins esprits – en fait il y en avait même deux –  prêts à faire le trajet d’Annecy jusqu’à Lyon pour aller voir si ça en valait la peine.

Scaners 2L’Ayers rock boat, c’est une grosse péniche stationnée sur le Rhône, avec une petite scène au-dessus de la cale, perdue au milieu des multiples bars de ce qui est apparemment plutôt une boîte de nuit. Un endroit génial pour voir des concerts en été en tous cas.

scaners 1.JPGC’est The Scaners qui ont ouvert les hostilités. Rock’n roll primitif et sauvage bourré de délay, de fuzz et de réverb. Et un look bien travaillé, quelque part entre les Blues brothers et les Clash. Ou quelque chose comme ça.

Scaners 3Le set des Lyonnais passe super bien et se déguste comme un vieux film de SF bien rétro, avec distance et sans prise de tête.

NBT 5.JPG

Le premier truc qu’on remarque quand on croise – au bar pour être précis –  Eric Davidson, le chanteur de New Bomb Turks, c’est que, comme la musique de son groupe qui a un côté cartoonesque, lui-même a une tête de personnage de comics. Vous savez, le menton un peu large, une espèce de houpette… Oh merde, un peu comme ça, quoi.

cowboy-henk-00

Devant la scène, les rangs se sont bien resserrés et sont compacts  avant même l’entrée du groupe. Faut pas se leurrer, quand tu vas voir New Bomb Turks, c’est pour te payer ton shoot de punk-rock parfait. Ceux qui sont venus savent très bien pour quoi ils sont là.

NBT 2

Et c’est bien évidemment exactement ce qui va se passer. Les morceaux du groupe, souvent courts et directs et qui s’enchaînent sans temps mort, semblent contenir l’énergie maximum dans le format le plus réduit possible. Formule totalement explosive.

NBT 4Les mélodies ne sont pas oubliées pour autant. New bomb Turks c’est un punk-rock originel, cramponné à ses racines rock’n roll et garage. Ce groupe plie en quatre tous les AC/DC et tous les stades de France du monde.

NBT couv ?NB.JPGLa folie du groupe fait assez rapidement effet sur la foule, qui perd tout contrôle. Le spectacle est autant dans la salle déchaînée que sur scène. Slams et pogo s’enchaînent de manière frénétique, dans une moiteur à la limite du supportable. Le punk-rock a trouvé son Ibiza.

NBT 3

Le groupe semble poser un regard satisfait sur le chaos qu’ils ont contribué à créer. Ils n’ont plus qu’à enchaîner leurs tubes survitaminés. Satisfaits d’avoir fait leur boulot. Le concert se prolongera par quelques rappels, presque obligatoires, avant de terminer cette soirée mémorable en buvant des bières sur le pont du bateau.

NBT COuv 2?NB

Comme disait une personne dans le public : « A la fin du concert, y’a plus que des copains… »

NBT 1NB

Kurt aubaine (Staches, Kurt, Telemark – Usine, 12 juin)

Kurt couv.JPG

Les derniers accords du dernier morceau de Staches résonnent lorsque je passe la porte de l’Usine ce soir-là. Grésillants et entraînants. Ce sera pour une autre fois.

tlmrk 1.JPG

Double ration germanique. On commence par Telemark, qui, à vrai dire, fait partie d’un ensemble de groupes qui partagent à la fois un son et des musiciens. Soit un punk-rock noise entrainant, des riffs dissonants posés sur une rythmique survitaminée, limite disco d’ailleurs pour le dernier morceau.

tlmrk 2

Impossible de résister, le savoir-faire est là et le front-man tient bien la scène, sans en faire des tonnes non plus.

kurt 3

Kurt pratique à peu près la même formule mais il faut bien avouer que ce groupe a quelque chose de spécial. Leur formule à eux frise la perfection. Guitare tranchante, voix gueulée avec ce qu’il faut de charge émotionnelle, batterie millimétrique, frénétique. Et la basse… Ferrailleuse, survoltée, totalement intouchable. Le bassiste ne tient d’ailleurs pas en place et semblerait pouvoir enchaîner cinq sets sans broncher.

kurt 1.JPG

Initialement influencé par le screamo (ou hardcore émo comme on disait à l’époque), ce groupe avait bien cartonné à la fin des années 90/début 2000 et s’est forgé son propre style, à mi chemin entre punk-rock énergique et noise bouillonante. Les morceaux commencent systématiquement à un très haut niveau d’énergie et réalisent le tour de force de faire encore monter la tension. C’est presque éreintant.

kurt 2.JPG

Les discussions d’après concert révèleront des personnes éminemment sympathiques, tranquilles et humbles, suivant leur petit bonhomme de chemin, loin du business de la musique. Vivre de la musique ? No way !

kurt couv ?.JPG

Je sais pas comment il a fait vu comme il était excité mais David « Livegenevatv » a réalisé une prise bien chouette du concert. La voilà. La classe !

>>>>>>>>> KURT

>>>>>>>>> TELEMARK

>>>>>>>>>> STACHES

« Punk au chapeau » : une interview avec Olivier Lowlight (PART 2)

pork pie hat jaune

Suite de notre interview avec le punk annecien. On y cause photo, lecture, graphisme et conseils vestimentaires, entre autres ! Merci encore à lui.

Si tu devais donner trois conseils d’écoute pour quelqu’un qui ne connaît pas le punk-rock, ce serait quoi ?

Des conseils ? Je ne sais pas trop…

Tout d’abord il faut comprendre l’état d’esprit du punk-rock, son « éthique » : tout le monde a le droit et peut faire du punk rock, pas besoin d’être un virtuose. Donc forcément il ne pas s’attendre à des concerts carrés, ou à des disques au son super produit. Il faut se rappeler de la démarche qui consiste à dire : je peux le faire, ou tout du moins essayer. Cela dit, appeler punk rock certains trucs n’excuse pas tout, ah ah ah !

Ecouter avec le volume à fond, en sautant partout ou en faisant du air guitar.

3-Et si on aime, ne pas hésiter à être curieux. Le punk rock c’est très très vaste, il n’y a pas que les Sex Pistols. Ecoutez Fugazi (je l’ai déjà dit, non?), ou les Thugs, ou les Carbonas, ou The Nomads, ou… Allez hop ! trois groupes vite fait, comme ça, à découvrir. Profitez, c’est gratuit :

Chrome Cranks : Shine It On (un des plus grands groupes de l’univers du monde entier de la terre, selon moi).

The Pagans : What’s This Shit Called Love ? (un groupe culte, souvent ignoré et oublié des encyclopédies du rock…)

Baseball Furies : Desperate Pleasures (écoutez tout l’album, Greater Than Ever, un des meilleurs disques de garage punk des années 2000, des paroles d’une noirceur totale)

Voilà. Ce sont tous des groupes américains, et presque du même coin. Pas trop de trucs français dans mes influences, à part les Thugs ou les Dogs, qui chantaient en anglais en plus.

Olive rouge

Tu fais également un site de photos de concerts (LowLightConditions). Qui ou qu’est-ce qui t’a inspiré pour te mettre à la photo ?

Pendant plus de 10 ans j’ai assisté à plein de concerts incroyables, des choses que tes collègues de boulot ne comprennent pas. Pour elles/eux, un concert ou une performance live c’est Johnny au Stade de France, ou une poufiasse qui tente sa chance à la Star Ac’; un petit groupe c’est un groupe de baloche qui fait des reprise de Emile et Image, ou alors un groupe de quardras qui s’éclatent sur du Noir Désir à la fête de la musique (alors qu’ils pourraient reprendre le Gun Club, tant qu’à faire).

Pendant plus de 10 ans je me suis dit : « Merde ! Et il n’y a personne pour filmer ou prendre des photos ! ».

J’aimais déjà la photo, mais je n’étais pas un vrai photographe, pas de vrai appareil digne de ce nom et aucune connaissance technique. J’admirais le travail de Glen E. Friedman, Ed Colver ou Charles Peterson, mais je n’avais absolument aucune idée du matériel qu’ils utilisaient. De plus le prix était un frein.

En 2007, j’ai touché une prime au boulot, je me suis payé un réflex numérique, marque Pentax, un K10D. Pourquoi Pentax ? Parce que c’était l’outsider, l’alternative aux deux gros (Canon et Nikon). Et pour à peine plus cher que les Canon et Nikon de la même gamme, le K10D était construit comme un tank (coque magnésium et baïonnette en métal) et il ne craignait pas les éclaboussures, deux choses utiles quand ça bourre dans un pogo et qu’il pleut de la bière… Depuis j’ai évolué, je suis passé au K20D, ça doit bien faire 8 ou 9 ans maintenant, ah ah ah !

Du numérique ? Ben ouais, le numérique c’est pratique : tu vises, tu fais tes régalages, clic, clac, tu regardes ton écran, c’est pas bon, tu corriges… Et comme ça tu apprends très vite. Alors certes, il faut quand même du temps pour maîtriser et peaufiner les techniques, mais tu gagnes aussi de l’argent sur les développements ou sur l’inscription au club photos du coin, ce qui t’évites par la même occasion de fréquenter des dames de l’âge de ta mère, ou ta grand-mère, qui se montrent des photos de leurs chattes. L’animal de compagnie bien entendu…. (Merci Laurent pour cette anecdote).

Y a-t-il une photo dont tu es particulièrement fier ou content et que tu voudrais partager avec nous ?

Rien de spectaculaire, juste une photo de Chris Langeland.

Chris

Nurse, mon groupe préféré du coin (et du moment). En attendant qu’ils veuillent bien sortir quelque chose…

nurse

Quels sont les retours sur LowLightConditions ? Que penses-tu que ce genre de site peut apporter ?

Un témoignage d’une scène à une époque. C’est bateau comme réponse mais je ne vois pas trop quoi dire de plus… C’est consultable par tout le monde, le site est sobre, On peut y accéder depuis à peu près n’importe quel navigateur ou n’importe quelle machine. Et de toute façon je ne sais pas faire mieux.

Les gens me disent aller régulièrement sur le site pour voir les nouveautés. En ce moment ils doivent être déçus, je ne fais plus grand chose depuis des mois.

The Sloks a sorti un 45 tours et ils ont utilisé une des photos de leur concert à la Spirale pour le dos de la pochette. J’en ai reçu un exemplaire par le courrier, c’est très bien, parfait. Je ne demande pas plus.

Qu’est-ce que tu penses des photos de concerts locaux qu’on peut voir, sur internet par exemple ?

Je me dis qu’il y a encore des gens motivés. Motivés pour organiser des concerts et motivés pour documenter tout ça. Bon, je sais bien que ça n’intéresse pas grand monde. Encore une fois, il n’y a qu’à voir la fréquentation dans les concerts de musique « alternative »… Je parle pour Annecy. Ailleurs ça m’a l’air plus vivant.

As-tu déjà fait/participé à un zine papier ?

Nan. Mais des potes ont utilisé quelques photos pour leur fanzine Achierpointcom, maintenant officiellement disparu, je pense pouvoir l’affirmer. Mais leur label Shit In Can Records est toujours actif.

sweeders

Lis-tu toi-même des fanzines / webzines / magazines régulièrement ? Quels seraient tes conseils de lecture ?

Je lis moins qu’il y a quelques années, mes acouphènes me gênent beaucoup dans la concentration nécessaire à la lecture.

Il y avait un fanzine que j’aimais particulièrement bien, mais qui a disparu : Punk Planet. Des interviews ont été regroupées dans un livre qui s’appelle We Owe You Nothing, je ne sais pas si c’est encore disponible.

J’achetais aussi Thrasher Magazine, pour le skateboard et pour la musique, notamment l’encadré de Wez Lundry qui était très orienté garage et punk. Mais il est devenu difficile de le trouver sur Annecy. En parlant de garage et de punk j’aime bien Dig It !, mais je ne l’ai pas acheté depuis des années non plus. J’essaie de me faire ma propre opinion en écoutant beaucoup de musique sur internet. L’avis des critiques ne m’intéresse pas, je préfère consulter la biographie et la discographie des membres de groupes, c’est plus enrichissant.

D’ailleurs je lis presque exclusivement des livres sur la musique : témoignages ou biographies. Je termine en ce moment England’s Dreaming de Jon Savage. Une histoire du punk anglais et une espèce d’essai sociologique en même temps, très intéressant. J’ai commencé un livre sur la scène de Seattle : Everybody Loves Our Town : un recueil d’interviews par Mark Yarm. Et un autre bouquin sur Nuclear Device.

Ah oui, un roman finlandais bien barjo : Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés de Arto Paasilinna.

Continuons dans le roman. J’aime beaucoup le polar et le roman noir, en France avec Jean Bernard Pouy ou Jean Patrick Manchette ; et aux USA avec Chester Himes ou Davis Goodis. Et je conseille vivement David Peace, un auteur anglais, et son Quatuor du Yorkshire, œuvre en quatre volumes (1974,1977,1980 et 1983) avec un style proche de James Ellroy. C’est très, très, mais alors très noir.

En politique, je lis de temps en temps un essai (Noam Chomsky par exemple), mais je n’écoute plus aucun discours depuis bien longtemps. De toute façon c’est le plus démagogue qui gagne, les gens sont débiles, ça ne va pas tarder à se démontrer une fois de plus…

Lu le mois dernier: L’Univers à portée de main, écrit par Christophe Galfard, un élève de Stephen Hawkin. Un ouvrage de vulgarisation pour comprendre comment, en gros, fonctionne l’univers, de la théorie de la relativité générale à la mécanique quantique, sans avoir à se taper des équations imbitables.

Tant qu’on est sur le sujet je vous conseille ces conférences de Etienne Klein, David Elbaz, Leonard Susskind (en anglais).

J’aime la bande dessinée, surtout l’indépendante et surtout en noir et blanc, encore du snobisme. Sinon, je suis abonné à Fluide Glacial, c’est tout

Je suppose que en tant que photographe, tu es sensible au graphisme. Pourrais-tu nous donner 3 pochettes de disques dont tu apprécies le graphisme ?

1 – The Monsters, Youth Against Nature (1995).

monsters

Pochette dessinée par Merinuk: http://intherubberroom.blogspot.fr/

Le premier pressage sur Record Junkie est une espèce de pochette triptyque. Je vous laisse découvrir l’intérieur. Le repressage chez Voodoo Rhythm est en gatefold.

2 – Unsane, Vandal-X.

unsane

45 tours sorti chez Sub-Pop en 1990.

Un de mes groupes préférés, vu six fois en concert. J’adore cette pochette, je ne sais pas pourquoi, elle me fascine. A tel point qu’il y a une vingtaine d’année j’en avais fait un t-shirt à l’aide d’une imprimante et de papier transfert. Du noir et blanc, un truc sombre, parfait, merci.

3 – His Hero Is Gone, The Plot Sickens: Enslavement Redefined.

his heroo is gone

Le groupe avant Tragedy, les inventeurs du « crust mélodic », ah ah ah !

Je les avais découvert avec le 45 tours Fools Gold, sorti la même année (1998).

Là encore du noir et blanc, avec un graphisme bien sombre et sinistre, je dois avoir un problème avec la joie de vivre, non ? Pochette gatefold avec une photo intérieure dont le message semble intemporel face à la condition humaine. Je vous laisse décrouvrir…

Voilà, c’est tout, merci beaucoup, Olivier ! Mot de la fin ?

Soyez pessimistes !

On a moins mal au cul quand vient le temps des désillusions.

Ah, et une dernière question, le petit chapeau que tu portes souvent me fait penser à Billy Childish, est-ce une référence à l’ancien chanteur des Headcoats ?

Nan, c’est juste que j’ai une tête à chapeau, j’en profite… Et puis je suis chauve. Le modèle, c’est un simple pork pie hat, un peu vieux, mais comme ça je peux le fourrer dans le coffre de la Vespa sans craindre de le déformer, il est déjà bien abimé.

Je possède une casquette comme celle que des Headcoats, mais je la porte rarement car elle est un peu grande, faudrait que j’en trouve une à ma taille. Ca s’appelle une « deer hunt cap » en anglais pour celles et ceux qui voudraient en porter une aussi.

Les groupes d’Olive : Fuck da tourist, Smutt, What the fuck?!, Thee Sweeders

Son site de photos : Lowlightconditions

« Punk au chapeau » : une interview avec Olivier Lowlight (PART 1)

Olive.jpg

Impossible de ne pas l’avoir déjà croisé à un concert punk, rock ou hardcore, où sa silhouette dégingandée occupe souvent une place du premier rang. Sans compter qu’il trouve le moyen de jouer dans pas moins de quatre groupes et de s’occuper de Lowlightconditions, son site de photos de concerts. Ce type est-il humain ? Une chose est sûre, en tous cas, Olive est un hardcore punk-rocker et un activiste de longue date de la scène annecienne. Je lui ai donc envoyé quelques questions. Vu son agenda de candidat en campagne poursuivi par la justice, ça a pris un petit bout de temps mais les réponses sont finalement là et chaque ligne vaut dix fois les semaines d’attente. L’interview sera publiée en deux fois en raison de sa longueur. Enjoy !

Peux-tu nous présenter les groupes dans lesquels tu joues et nous parler un peu de leur actualité ?

C’est parti !

Je commence par le plus ancien : Fuck Da Tourist. Le groupe se définit comme de l’anarko punk’n’roll, comme ça nous avons notre case pour être classifié et rangé : paroles engagées et influences hardcore des 80’s / rock’n’roll. Le groupe s’est formé en 2000. Mais il existait une « proto version » en 1995/96, sans nom, dans laquelle officiaient déjà trois membres, le canal historique comme nous le définissons, ha ha ha!

Je ne vais pas te faire la généalogie parce que il faudrait bientôt une page complète mais pour l’instant nous sommes cinq : Laurent à la batterie, Cyril à la basse, Cédric à la guitare rythmique et moi à la guitare lead (façon de parler). Et pour finir Manon au chant. Elle nous a rejoint récemment et elle est la cinquième personne à prendre le poste. Pour l’instant nous répétons des anciens morceaux, des nouveaux arrivent petit à petit. Nous avons déjà fait quelques concerts et ça s’est très très bien passé. Ce groupe a sorti deux albums et donné quelques morceaux pour diverses compilations à buts militants. Un rythme très lent au niveau de la production, un album pour 2024 ?

Passons à What The Fuck ?! C’est du garage dans le style Crypt Records ou In The Red Records, donc très basique, punk quoi ! On y trouve Jab (ancien Fuck Da tourist) à la batterie et au chant, Pedro et moi aux guitares. Parfois je me colle au chant (hum hum…).Pas de basse.

Notre projet le plus immédiat est d’enregistrer enfin un album (2017?) après bientôt 14 ans d’existence et un seul 45 tours split avec Jack Burton. Oui, encore un rythme très lent. Les changements de rythme de vie (enfants, travail…) expliqueraient en partie tout ça. Mais nous sommes toujours partants pour les concerts.

fdat

Ensuite vient Smutt, un groupe de Punk’n’roll efficace, aux textes engagés, parfois non. Formation à cinq membres qui a débutée en 2012/13 : Oliv à la batterie, Jim et Ben aux guitares, Mouss (ancien Fuck Da Tourist) au chant et pour finir moi à la basse. Nous avons enregistré sept titres chez Big Balls Studio et ils devraient atterrir sur différents supports : un 45 tours disponible dès maintenant pour la modique somme de 5 euros, un split 45 tours (reste à trouver l’autre groupe…) et peut-être une compilation.

Comme les deux groupes précédents (et celui qui suit), le but premier, tout du moins pour ma vision du truc, c’est de jouer partout où c’est possible.

Et pour finir Thee Sweeders, le groupe le plus récent, que j’ai rejoint en 2016. Je ne sais pas trop comment nous définir, peut-être du garage 60’s, mais version années 2000? Tout ce que je sais c’est qu’avec ce groupe, je me suis bien mis dans la galère puisque je suis à l’orgue électrique… Et je ne sais pas du tout jouer du clavier. Je ne suis déjà pas un grand bassiste ni un grand guitariste, mais alors le clavier… Donc j’apprends en répète, sur le tas, car je n’ai qu’un seul orgue. De toute façon, je ne joue déjà pas de basse ou de guitare chez moi, ça ne change pas grand chose à mon incompétence musicale.

Ce groupe est composé de Flo à la Batterie, Nox à la basse, Guibs à la guitare et au chant, et pour finir moi avec mon orgue électrique GEM Joker 61 de la fin des années 70.

Nous avons un set de 40 minutes avec deux reprise (Murder City Devils et Gun Club). Ca s’étoffe petit à petit. Nous avons fait quelques concerts qui se sont très bien passés. Les gens me posent même des questions sur mon son d’orgue car ils le trouvent intéressant, comme quoi la technique on s’en branle…

Avec autant de différents projets, t’arrive-t-il de te mélanger les pinceaux, de confondre les morceaux ?

Les groupes ne se ressemblent pas, même si tous ont pour trait commun une approche punk, j’utilise divers instruments pour faire du bruit, et surtout je ne suis pas encore sénile donc ça va, je ne mélange pas tout.

flyer

Je crois que tu as environ 40 ans… A ton avis, qu’est-ce que le punk-rock peut encore apporter aujourd’hui ? Et à toi, qu’est-ce qu’il t’apporte ?

Ca va faire 26 ans que j’ai 15 ans. Rien de grave.

Le punk-rock n’est qu’un genre musical, une des multiples évolutions du rock’n’roll. Il n’amènera aucun changement ou aucune révolution dans la société actuelle où tout est digéré, assimilé et rendu obsolète en un temps record. Dans les années 70, ça a sûrement été une petite révolution et les maisons de disques ont flairé le truc en signant des groupes de punk-rock. Il ne faut pas croire que c’est l’industrie de la musique qui impose ses goûts aux consommateurs. L’industrie de la musique repère ce qui plaît, fait du marketing et le propose ensuite au consommateur lambda, souvent jusqu’à l’overdose. Et le consommateur lambda aime se gaver de merde. Tu n’as qu’à constater ce qui cartonne.

Je suis conscient que c’est bien plus complexe que ça et que ma vision est un peu caricaturale et simpliste, ce que tu retrouves souvent dans le dogme du punk-rock. C’était déjà dénoncé par Jello Biafra à l’époque des Dead Kennedys avec le morceau Chickenshit Conformist où il explique clairement que la scène punk est centrée sur elle-même et qu’elle ne changera jamais rien, que le punk rock mérite de mourir car il répète les schémas qu’il était censé combattre. Et relisez aussi les paroles de Nazi Punks Fuck Off, ça ne parle pas spécialement des nazis, mais d’un état d’esprit proche du fascisme dans le punk-rock.

L’industrie musicale se plante parfois, même souvent, personne ne sait comment faire un tube, et il existe de très bonnes choses sur les majors. Mais, encore une fois, j’ai l’impression que c’est la soupe qui gagne, que le consommateur lambda n’a pas envie de chercher, d’explorer, et cela malgré internet qui est un « endroit » formidable pour découvrir et apprendre. Quand j’écoute Built To Spill ou Radio Birdman au boulot, je ne suis pas très sûr que ça plaise à mes collègues, mais tant pis. Après tout je dois subir Radio Nostalgie en contre coup. Donc pour le consommateur lambda, qui est majoritaire, le punk-rock n’amène rien, c’est un genre musical à aimer ou détester, point barre.

L’une des premières fois où le mot punk est employé pour définir une attitude et un genre musical, c’est dans les notes de pochettes des « Nuggets », sortie en 1972 par Leny Kaye, qui compile des groupes garages et psychés des années 60. Ces chansons parlaient surtout des désirs, des frustrations et des expériences d’adolescents, ce n’était qu’une variation du rock’n’roll des années 50. Nombre de groupes proto-punks (ce néologisme n’est pas de moi!) ont été influencés par cette approche primitive, hédoniste et parfois pessimiste, les Stooges étant pour moi le meilleur exemple.

smutt.jpg

Le MC5 est peut-être le premier groupe à y mêler une vision politique.

Donc je résume, le punk-rock, je le définirai comme étant :

1 – une catégorie, une case parmi d’autres pour l’industrie musicale, les réseaux sociaux (ou pas) et le consommateur lambda.

2 – une tentative d’appliquer le principe du D.I.Y. des Hippies. Et souvent une approche élitiste et snobinarde, ce qui va à l’encontre des principes d’ouverture d’esprit du punk, on n’en est pas à une contradiction près…

Ma vision du punk correspond à ma deuxième définition.

J’aime des groupes tels que les Ramones, The Clash, Nirvana ou The Strokes mais mon admiration va toujours vers des groupes tels que les Pagans : des groupes underground (ce qui parfois n’est pas forcément la volonté des groupes, ah ah ah !), sortant leur musique sur leurs propres labels parce qu’il n’y a rien d’autre, par exemple les groupes hardcore (au sens large) de la fin 70’s/début 80’s. Les Dead Kennedys étant un de mes groupes cultes, si ce n’était pas déjà évident, ah ah ah !

Une chose intéressante c’est que le punk n’est pas forcément rock. Tout peut-être mis à la sauce punk : le blues, la musette, le ska… Donc le punk est un excellent moyen de découvrir, d’être curieux. Le D.I.Y. c’est aussi la littérature, la peinture, le graphisme, le cinéma, la mode… C’est un état d’esprit qui a poussé un adolescent ayant un fort penchant pour le bizarre, l’étrange, à être curieux et à plus se cultiver tout en restant un peu en marge, et en le vivant très bien. Je parle de moi. Je n’étais plus seul. D’autres personnes un peu bizarres se bougeaient et faisaient avancer leurs petits mondes à elles tout en ayant rien à battre de l’opinion des autres.

Cependant j’avoue que dernièrement j’ai perdu un peu de ma curiosité, je suis un peu déconnecté et plus très au courant de ce qui se fait. Je continue à acheter des disques, moins qu’avant. Moins de livres et moins de DVD. Les finances y sont pour quelque chose. Et j’ai surtout passé une année à remonter ma vieille Vespa, donc j’ai lu de la revue technique et visité du site de pièces détachées. Maintenant je répare des amplis guitare, des platines vinyle, et j’achète des pédales d’effets en kit, à monter soi-même, ce sont mes nouveaux passe-temps… Tout en écoutant de la musique, évidemment, mais moins de nouveautés, c’est certain.

285---Annecy--74-

J’imagine que tu connais plutôt bien la scène d’Annecy, qu’est-ce qu’il s’y passe en ce moment ?

J’ai commencé à trainer sur la scène annécienne vers 1995. Je restais avec des potes à glander dans Seynod, ville dortoir. On n’imaginait même pas qu’il pouvait se dérouler des choses sur Annecy, donc j’ai manqué ce qui s’est passé au début des années 90.

Comme partout, des groupes se forment et d’autres splittent. En ce moment je n’entends pas parler d’un groupe qui envoie le pâté et dans lequel il y aurait des jeunes Par jeunes, j’entends 15/25 ans. Bon après, peut-être qu’il y a un effet générationnel dans le punk-rock aussi, les jeunes ne s’intéressent pas aux vieux, et réciproquement. Et puis le punk n’est qu’une phase de la vie, non ? Donc il est normal que moins de monde vienne au concert des vieux groupes, ah ah ah! Ceci dit il y a Anarmada, du punk d-beat fait par des jeunes, mais plus trop jeunes non plus.

Des lieux ouvrent, d’autres ferment. Aujourd’hui il reste surtout des bars : le Bistro des Tilleuls (où tu as aussi des soirées littéraires), Le Chicago, La Brasserie Pirate. Des lieux plus alternatifs ont, ou vont cesser toute activité : La Machine Utile (encore que, on ne sait jamais si ce lieu est vraiment mort…), l’Alterlocal. Il y a un squat qui a ouvert récemment à Rumilly, et eux se bougent pas mal, les concerts ont lieu le dimanche après-midi. Et ça draine du monde, surtout pour un dimanche. Mais ils commencent à être emmerdé(e)s.

Pour en revenir à Annecy, j’ai l’impression que c’est un peu mort. Sauf pour les groupes célèbres, qui n’ont pas trop de mal à remplir le Brise Glace. Je me répète mais le punk rock n’est qu’un genre musical…

En même temps ça n’a jamais été très vivant, on reste dans une petite ville, les passionné(e)s et les militant(e)s tournent en vase clos, comme depuis toujours. Il faut faire avec une politique culturelle catastrophique, J’ai le sentiment qu’Annecy se transforme de plus en plus en ville 5 étoiles.

wtf2.jpg

What the fuck?! à la Spirale en septembre 2016

Peux-tu nous dire une chose positive et une chose négative à propos de la scène d’Annecy ?

Annecy étant une ville à l’esprit petit bourgeois bien étriqué, tout du moins c’est l’impression qui en ressort, si tu t’intéresses tu as vite fait de connaître tous les gens valables, et vite fait d’écarter les poseurs, les m’as-tu-vu.

La scène underground est petite et au niveau musical, c’est très incestueux. Les gens jouent dans pleins de groupes, ou projets comme on dit, ah ah ah ! Et tu as une sincérité et une humilité, c’est vraiment appréciable, tu ne retrouves pas cet état d’esprit de merde qui caractérise l’Annécien(ne): péter plus haut que son cul. Et puis ça bouge quand même bien, malgré le manque de moyens. Tu peux toujours te faire prêter une sono ou un ampli pour dépanner. Mais comme partout en France, ça manque un peu de lieux pour jouer. Comme dit plus haut, il y a quelques bars, mais en général « le sens de la fête » est limité par la présence du voisinage. Si tu ne joues pas trop fort, tu as l’Amnésie ou Chez Dudu. Un autre problème est le prix des loyers : si tu veux essayer de monter une structure indépendante pour ne pas dépendre de la politique culturelle locale, il faut bien tout calculer parce que le prix de la location ou de l’achat d’un local va être considérable.

Et pour finir, il manque un groupe de post-hardcore, un truc à la Cult Of Luna. Si des gens motivés lisent ces lignes…

sweeders

Quelle est ta vision d’une scène indépendante ? Penses-tu que les punks devraient complètement refuser tout ce qui touche au capitalisme ou à l’état (codes-barres, circuits de distributions culturels classiques, promotions, subventions, etc.) ou es-tu plus « cool » ?

A partir du moment où tu vends quelque chose, c’est du commerce, donc du capitalisme, ah ah ah ! Raccourci à la con. Comme je l’ai déjà longuement expliqué plus haut, je me méfie des dogmatismes, il est trop facile de simplifier les choses et d’en faire une règle : ça c’est de la merde parce que c’est sur une major, ça c’est bien parce que c’est sur un label indé… On ne peut pas nier la subjectivité et les goûts de chaque individu.

Donc chacun fait comme il le sent, personnellement mon but est l’échange. Pour autant que je sache, aucun des morceaux des groupes dans lequels je joue n’est enregistré à la SACEM, et aucun des disques n’arbore un code barre.

On a joué dans des squats, des salles subventionnées ou pour des associations. Pas d’apolitisme évidemment, soyons clairs, mais pas d’extrémisme non plus. Et je me fais souvent cette réflexon : jouer du punk et avoir un discours plolitisé dans un squat, c’est facile. Quand c’est pour une fête de village, une kermesse ou un festival de MJC, c’est là que ça devient super dur. Tu réalises que 99% des gens s’en branlent de ton discours politisé, ah ah ah ! Ils veulent juste danser et s’amuser, « pis la sono est pourrie, on comprend pas les paroles… »

Je sais que je suis très très mauvais commerçant, j’ai tendance à donner les choses, les disques de mes groupes ou mes photos de concerts… Mais après tout, c’est le but. Pourquoi garder tout un stock de disques dans une cave ? Je préfère les donner et me dire que éventuellement la personne l’écoutera une fois rentrée chez elle. C’est comme ça qu’il y a des disques de Fuck Da Tourist un peu partout dans le monde, hé hé hé…

Pareil pour les photos, si le groupe veut utiliser une photo pour son site ou pour une pochette, pas de problème. Je ne demande qu’un exemplaire du disque, c’est tout. Je ne mets jamais de copyright. Ce n’est pas moi sur la photo, c’est le groupe.

Par contre il existe une chose qui me rebute et dont je n’arrive vraiment pas à comprendre l’utilité, c’est Facebook. A quoi ça sert réellement ? Si tu revendiques un minimum de créativité, si tu te prétends quand même un peu artiste, tu te fabriques un site, ou tu demandes à un(e) pote graphiste de le faire.

J’arrive bien à faire une espèce de site de photos alors que je n’y connais rien.

Et puis Facebook n’a jamais drainé plus de monde dans les concerts, enfin je n’espère pas…

Fin de la 1re partie.

Fuck da tourist

Smutt

What the fuck?!

Thee Sweeders

Lowlightconditions

Punk ain’t no religious cult
Punk means thinking for yourself
You ain’t hardcore ’cause you spike your hair
When a jock still lives inside your head
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
If you’ve come to fight, get outta here
You ain’t no better than the bouncers
We ain’t trying to be police
When you ape the cops it ain’t anarchy
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
Ten guys jump one, what a man
You fight each other, the police state wins
Stab your backs when you trash our halls
Trash a bank if you’ve got real balls
You still think swastikas look cool
The real nazis run your schools
They’re coaches, businessmen and cops
In a real fourth reich you’ll be the first to goYou’ll be the first to go
You’ll be the first to go
You’ll be the first to go
Unless you think
Dead Kennedys, « Nazi punks fuck off »

The Sloks, « oneUp »

sloks-oneyp

Ce trio originaire de Turin – la porte à coté, quoi – a fait un passage remarqué à la Spirale à Annecy en septembre. Leur dernier disque, intitulé oneUp donc, est sorti uniquement en ligne. Peut-être faute de label. Les temps sont durs.

Mais The Sloks n’est pas du genre à lâcher l’affaire pour si peu. La passion tenace et le jusqu’au-boutisme transpire des 7 titres de ce qui pourrait être un 10’’. Tous taillés dans un rock’n roll garage tendu, toutes pédales de réverb et de fuzz dehors, et qui a quelque chose de minimaliste qui lui va comme un gant (une basse pointe le bout de son nez sur un des titres mais je ne suis pas sûr qu’elle rajoute grand-chose).

Mais The Sloks ne seraient pas The Sloks sans la voix d’Ivy Claudy. Une voix qui joue un jeu très particulier. Souvent plaintive, geignarde, suintant le malaise et la colère froide, elle prend à contre-pied la musique pleine d’allant. Répétitive et parfois monocorde, elle horripile, tend le nerf. Elle débite des histoires qu’on devine d’adolescence rebelle, teigneuse (Thats not me), de vengeance dans Tank of Gasoline (l’essence, matière inflammable chère au rock perturbé – que ce monde périsse par où il a pêché…). Elle atteind des sommets dans Use me, transpirant le défi, la détermination froide. On s’en est pris plein la gueule mais c’est pas pour ça qu’on va la fermer. Ni baisser le regard. Et jusqu’à exploser dans des rugissements, pris dans la tourmente d’une musique aux allures d’exorcisme.

Cette voix sévèrement perturbée imprime sa marque à la musique du groupe. Elle contraste avec les ritournelles garages, comme si un teenage movie bien inoffensif virait au carnage psychopathe sur fonds de rock n’roll endiablé. La fête est plus folle quand c’est une surprise. A certains moments, la guitare elle-même semble s’imprégner de cette folie et ce sont mes passages préférés. Elle se durcit pour dériver vers quelque chose de désarticulé. Sur la fin de That’s not me, par exemple, ou dans Close the door, qu’on pourrait carrément rapprocher du post-hardcore d’un Drive like Jehu.

Bref, oneUp est un grand disque de rock mauvais où un groupe s’approprie une forme pour exprimer quelque chose de personnel. L’essence du punk, quoi.

Et ça s’écoute ici.

the-sloks

« Riot garage à l’étage » (What the fuck?, Thee Sweeders, The Sloks – La Spirale, 17 septembre)

sloks-1-redecoupee

On continue la découverte des lieux alternatifs d’Annecy. Parfois, je me fais l’impression de faire le (fuck da) touriste de la scène annecienne, mais bon, comme les gens sont sympas et qu’ils me parlent, ça va.

14034895_1791698567733144_1997467117316278982_n

Située dans les replis d’un parking souterrain, La Spirale c’est une petite salle qui permet à une poignée de groupes de répéter et, à l’occasion, d’organiser des concerts, moyennant âpre négociation avec les voisins.

wtf1.JPG

What the fuck? est un trio batterie et deux guitares, il y a pas de basse mais, eh, mec ! On s’en fout, on joue du garage ! On pourrait taper sur des bidons, en fait. Bref, après quelques titres de chauffe, leur set s’électrise et c’est parti. Donne-moi du riff  jurassique. Donne-moi du tatapoum épileptique.

wtf2.JPG

Le batteur-chanteur a une voix de redneck morveux, tandis que celle d’Olive à la guitare est plus hargneuse. What the fuck? défendent fièrement les couleurs du wild garage rock’n roll, avec un son plutôt puissant et granuleux.

sweeders 1.JPG

C’était le premier concert de Thee Sweeders, un groupe où on retrouvait Olive de What the fuck? (mais dans combien de groupes ce type joue-t-il ?), visiblement tout excité d’étrenner ici son orgue sur scène.

sweeders 2.JPGThee Sweeders oeuvre également dans une veine rock’n roll, mais avec moins de gras sur la couenne que WTF ?, je dirais. Compos ciselées, chant aux mélodies tendues, rythmiques métronimiques. Une science de l’écriture classe… Ca donne envie d’en écouter plus.

sloks-6

The Sloks viennent de pas très loin, de Turin, et le trio propose une version encore plus squelettique de l’orchestre – batterie, guitare, voix. Mais c’est ce groupe minimaliste qui offre clairement la version la plus tarée du rock garage ce soir.

sloks-4

Si les riffs sont typés, le groupe envoie tournoyer sa musique loin, loin, loin de la rengaine couplet-refrain-couplet -pont-refrain. Un peu de la même manière que leurs compatriotes siciliens des Spritz, j’ai trouvé, bien que ceux-ci aient même pas de chant et que probablement ce soit assez différent. La chanteuse aux yeux exorbités débite de longues exhortations, où l’on sent qu’il n’est pas question de sujets jolis-jolis. Râle. Viande saignante encore chaude. Nerfs en spasmes.

dscn2363

Slam christ

Toute à beugler ses histoires de souffrance, elle semble parfois se foutre royalement de ce que jouent ses compères, et toute la musique du groupe fonctionne sur ce décalage hypnotisant. Oublie le rock. Oublie le garage. Oublie tes étiquettes. Je sais pas ce que c’est. Je sais pas si c’est de l’art. De la thérapie pour cas ruinés ou quoi que ce soit, la seule chose que je peux te dire, c’est que c’est vivant. Et que c’est bon.

Bref…  Y se passe des trucs bizarres dans les parkings souterrains d’Annecy la nuit, moi je vous l’ dis…

Devriez faire gaffe….

PS Merci Cédric pour le disque.