« Plus que de la musique » (Les punks sportifs, Guerilla poubelle – Le Poulpe, 2 fév.)

Plein de monde pour ce concert organisé par les copains de la Tribu sonore. Tant mieux ! Des jeunes, de la danse, du pogo, de la sueur et de la bonne humeur. A tant fréquenter des soirées obscures, on oublie presque que ça peut être aussi ça la musique.

En parlant de bonne humeur, les Punks sportifs assurent la première partie. Punks peut-être, sportifs c’est possible – à vérifier néanmoins -, mais qui envoie sympathiquement en tous cas. Leurs morceaux rigolards et enragés rappellent plutôt le rock alternatif français des années 80, Garçons bouchers et compagnie, et ouais !

Guerilla poubelle est un groupe qui a sacrément marqué, le groupe phare des années d’adolescence pour beaucoup. C’est pas mon cas  – et pour cause – mais  à les voir en live, on comprend immédiatement. Avec plus de 1000 concerts au compteur, le punk-rock leur coule littéralement des doigts. Breaks millimétré, accélérations pied au plancher, refrains imparables et mélodies gorgées d’émotion, avec cette voix beuglée reconnaissable entre mille. Le groupe use de toutes les ficelles qui ont fait le punk-rock, le pop-punk, le hardcore mélodique et j’en passe, depuis un paquet d’années.

Mais c’est autant par son attitude et ses choix que pour sa musique que ce groupe est marquant et ça se ressent parfaitement pendant le concert. Ultra chaleureux mais aussi concerné et politisé, Till – le chanteur – n’hésite pas à s’exprimer, prendre à partie le public – pas en donneur de leçons mais en tant que membre d’une scène, d’un mouvement.

Sur les tables de distro, on se rend compte que le groupe ne se contente pas de faire sa propre promotion mais emmène toute une scène avec lui. Des bacs remplis jusqu’à la gueule de toute une ribambelle de groupes punk et indépendants, ceux sortis sur leur label, Guerilla asso, ou sur d’autres labels. Je mate ça pendant que les gens prennent leur pied devant la scène. C’est classe. Le punk-rock mélo n’est pas forcément la musique avec laquelle je me sens le plus d’affinités mais je donnerai beaucoup pour voir davantage de concerts avec cette attitude et cette ambiance.

>>>>>>>>>> LES PUNKS SPORTIFS

>>>>>>>>>> GUERILLA POUBELLE

>>>>>>>>>> GUERILLA ASSO

 

« Queer in the tradition » : an interview with Gerda

Year after year and record after record, Gerda has become another name for total engagement in a dark, abrasive, deeply-felt noisy hardcore sound. So I was ever so  stocked when hearing the news they were playing Geneva last October. And this is what I did : made myself a note to go, planned my trip carefully and arrived just right at the end of their show. Bumping into the Italians near the kitchen of the squatted house, I decided to improvise an interview. My questions were short, half unclear and only partly coherent and I probably came out as a complete idiot. But the boys were cool with it. And even managed to make it an interesting moment. Read on.

You’re playing in a squatt tonight, how do you feel about that ?

Alessio (bass) : It’s very natural. It’s like being at home. This is where we come from and where we belong. The band started in a squatt similar to this in our hometown. With people doing politics, pressure groups, antifa, organizing stuff. So it makes sense to us to travel and meet this kind of places.

Can you tell us a bit about this tour and how you organize things ?

Alessio : It’s a short tour because in this part of our life we need to make it compact. It’s nine days and eight shows. We play Geneva tonight, then Paris, Nantes, Soraluze near Biarritz and then Vitoria, Gasteiz and Pau and back. We do everything by ourselves, we are a DIY band. Except wedon’t have our own label. We rely on people that have now become friends – very small DIY labels but they’ve been dealing with music since the beginning.

Alessandro (singer) : Also it allows us to get a better distribution. Some are recent, others have been around for a long time. It has become part of our game.

Alessio : Yeah, it’s like a big family.

So you are in this DIY network and obviously it works because it allows you to tour, make records, make people hear your music – what would you say works less well or you would like to see work better ?

Alessio : Everything is very efficient -except that maybe it’s a small group of people and it’s not really easy to break though and meet audiences that are not specifically connected to this or that genre. Which I think is a pity because I know that our band can meet any kind of audience. During tours, we play in random bars in front of random people and it ends up being great shows.

Alessandro : Yeah, it’s not just the music, it’s how you play it.

Please, don’t make me regret missing your show, please…

Alessio : But that’s the only thing that is not working so well. And it’s not because we or our label want it, it’s because bigger labels have marketing and work hard on people’s imagination. They take all the available space.

Roberto (guitare) : A few years ago we played a bar in France. It looked weird at first, it seemed we were kind of out of place but the night was really cool. Really good vibes.

Alessio : Buying records even though they didn’t know us…

Alessandro : Sometimes it’s even better, to be a complete outsider.

Your album « Black queer » was released recently and it’s you, Alessio, who recorded it. Can you tell us a little bit about that choice ?

Alessio : This is the first album that we did entirely on our own, besides a single song that we did on a split 7’’ (Split 7’’ with Lleroy, released on BloodySoundFucktory as part of the volumorama series. – Ed.) and that was our first experimentation with recording. There are several reasons why we decided to record it ourselves. One is that our sound engineer left and another is that it felt like the right time for us to try this. If it had been 10 or even 5 years ago, fuck, we would have reallly struggled. But I have to say we were starting to think that it was about time to try, jamming with gear and do the sound ourselves.

Roberto : When you are on your own, it’s risky but you dare to try things and you succeed.

Alessio : Yeah, you know better what you want but you know less how to get it. Our sound egineer produced something like 600 records and I produced one record. I think you can hear it’s a job made by a young producer.

To tell you the truth I thought it was produced by Steve Albini (Laughs) and I went around telling everybody there’s this Italian band, really cool, recorded by Steve Albini !… Seriously, I thought the sound was interesting, with drums quite in the foreground and the music in the back with almost a shoe-gaze/ambient feel… And also the guitar sound is quite clean, compared to the usual distorted guitars…

Alessio : Yeah, I think the guitars are very much in the focus in this album. Maybe it’s a bit more melodic maybe the songs are a little simpler. My wife says we’re getting older. (Laughs)

Roberto : Some of the songs had a different approach, starting from the guitar, whereas the previous records were more based on drums and bass.

Can you tell us a little bit about the choice to sing in Italian ?

Alessandro : Since we started it was very important for us to express very directly what we want so Italian was our first choice. More or less all of us write lyrics. It’s easier for us and we feel more confident this way. It has never really been a question among us.

Alessio : It feels very natural. Playing outside of Italy, we bring something from where you come from. And also I think it’s important that there is a tradition of Italian hardcore. It’s not like we wanted to raise a flag but… There are so many Italian bands that are influential worldwide, like Negazione, Nerorgasmo, Wretched… I believe we are part of that tradition.

What about the title of the last album ?

Alessandro : Ha ha, the title is in English !

Alessio : There is an ironic side to maybe not the music but in what surrounds it. « Your sister » (tTitle of the previous album – Ed.) is an insult and that was also ironic. Very rude way of refering to your sister So we said yeah, let’s translate it and make it Little Italy kind of insult ! Black queer is partly the same kind of idea but it’s also heavy and deep. I think we like putting funny and serious stuff.

Roberto : The whole album is dedicated to my brother, who died three years ago. He had a band, he was a brother to all of us. He had a very difficult life. He was a very powerful artist – not only a musician – and very tormented. His main problem was that he needed a lot of space to express himself so, when he couldn’t find it, it was like dying. He felt too different from other people. Sometimes he felt treated like a leper. So the meaning of Black queer for us is to never feel ashamed of your difference. Even if nobody likes it. Be yourself in the face of the others.

It’s a very personal story…

Alessio : Yeah, there are many layers…

Alessandro : On the record there is a song from his band.

Alessio : Also queer is a cool word for us to refer to our music, which doesn’t necessarily fit into categories : hardcore, noise, post punk, metal and so on. Typical metalheads might not be very happy with it. So we call it queer because it is queer music, crossing genres and expectations. Black because… it’s dark music.

And also relating to political aspects…

Alessio : Yeah, of course ! That’s also what we wanted to talk about. How certain categories of people can be perceived as dangerous or wrong or just mistreated. Black people, queer people. It’s also the social and political idea of the title.

Do you think hardcore or heavy music can be a voice for these people ?

Alessio : Ha ha ! I think it could be but there are not many queer or gay people playing harcore but it would be lovely to have more. But actually I don’t know many but there are some !

Alessandro : Of course, there are !

Alessio : But I don’t think we should talk about music genres. Music should be a way to say what you want to say. Of course DIY can be a way for queer people to express themselves.

La photo de Gerda à la Zona mutante est toujours de Olive – merci à lui.

>>>>>>>>>> GERDA

Robotnicka, synth-punk d’avant le synth-punk

enter

Qui connait Robotnicka ? Ce groupe né, je crois, aux Tanneries de Dijon, dont ils ont fait trembler et danser les murs plus d’une fois et qui donne encore signe de vie par intermittence.

Rejeton ironique et déviant de la scène punk/squatt/DIY, ce groupe a créé son propre univers, mélange de délire disco-punk-paillette futuriste et d’inspiration politique radicale. Dans une sorte de concept-band qui n’est pas sans rappeler les Teddy boys radicaux de Nation of Ulysses. (Un groupe finalement assez obscur mais dont la créativité débridée en a inspiré plus d’un dans les 90s. Refused, tu pourrais dire merci.)

robotnicka

Enfin bref, pour en revenir à Robotnicka, ils préfiguraient en quelque sorte la vague synth-punk qui fait rage actuellement. Bon, une rage relative, hein. Et ils ont quand même fait deux tournées états-uniennes – bon sang, ils ont joué avec 400 hundred years, Born dead icons, Capitalist casualties ou From ashes rise ! Et même un tour au Japon tout récent – 2016 – dont ils ont tiré une K7 best-of.

Leur joli site donne un aperçu de leur univers rétro-futuriste et permet d’écouter la totalité de la discographie de ce groupe à part.

a1668989315_10

Nono for an answer !

Cyclamen (Urgence disks – 28 octobre)

DSCN2664.JPG

De passage à Genève sur la fin d’une tournée européenne, le trio du Mans Cyclamen jouait à Urgence disks, cette antre géniale où passe à peu près tout ce qui touche, gratte ou cogne sur des cordes ou des peaux.

14435154_1215414538504270_5899796716393925880_o

Difficile de pas penser à Amanda Woodward en les écoutant – et à la façon dont ce groupe a marqué le hardcore, en France et ailleurs – cet émo qui rocke, ces changements abrupts, cette façon de gueuler ou de parler et jusqu’à certains effets, certaines évocations dub, sur la guitare.

dscn2660

Le groupe apporte aussi sa dose de chaos et de folie personnelle. Et des idées originales, comme le banjo sur Les turpitudes, extrait de leur dernier EP.

dscn2666

Maximum cuvette #3, #4, #5

DSCN2205

Ils sont forts à Grenoble. Ils ont le Moucherotte, les nanotechnologies et même un fanzine. Un vrai en papier, pas un bidule sur internet, photocopié avec de jolies couvertures sérigraphiées.

Ce zine collectif, au nom en forme de private joke (en référence à un fanzine bien plus connu, que je ne ferai pas l’affront de citer mais je laisse quand même trainer un petit lien on ne sait jamais) propose d’une part des interviews et des chroniques (musique, fanzines, livres) et d’autre part des textes plus personnels : récits ou petits essais.

Certains textes ressortent du lot, comme le tour report de Chicken’s call en Asie, qui s’étale sur les #4 et 5. J’adore ce genre d’écriture, à la fois récit du quotidien d’une tournée – jouer, manger, dormir, rouler -, de rencontres éphémères, d’anecdotes souvent drôles mais parfois pas tant (la rencontre avec le groupe de hardcore facho) et d’obervations socio-politiques. Punk writing at its best !

Le #5 contient également un texte excellent sur la sérigraphie. La démarche de l’auteure, qui pratique elle-même la sérigraphie, est vraiment originale : elle  part de questions qu’elle se pose ou de problèmes qu’elle a rencontrés pour  aller à la rencontre d’autres  personnes pratiquant la sérigraphie artisanale. Les discussions abordent des aspects techniques mais aussi des choix artistiques et soulève des questions intéressantes sur le rapport à l’imperfection, au défaut. J’ai trouvé très pertinente le questionnement sur le rapport à la maîtrise de techniques et les motivation de l’apprentissage. Cela fait carrément écho à des choses qu’on entend dans le punk, qu’on est pas obligé de jouer de manière parfaite, académique, qu’un défaut peut produire un effet intéressant, ce genre de choses.

Certains récits/fictions sont vraiment bien tournés et se lisent avec plaisir, comme le texte « Comme un oiseau », avec une bonne dose d’autodérision dans la mise-en-scène de soi ou « Un simple problème de soudure », sur le rapport à la mort.

Les textes théoriques sont plus inégaux. Il y a une défense intéressante du prix libre dans le #3, où l’auteur aurait pu relever que la pratique du chapeau existait bien avant que les punks ne se l’approprient, et différentes reflexions sur le punk aussi. On remarque parfois dans ces textes que la volonté de dépasser les étiquettes, les préjugés, n’empêche pas forcément d’en faire usage dans d’autres contextes, mais bon, je crois que ça fait partie des contradictions du punk.

Les couvertures sérigraphiées sont super et la présence des dessins apporte un bon contrepoint aux textes, même si elle est assez discrète. Bon, je sais pas si la chronique d’un fanzine punk est le lieu de considérations graphiques mais, à mon avis, de ce point de vue, le #5 est le plus réussi et peut-être que ce serait encore mieux en allant vers encore plus de dépouillement. La photo pourrait aussi être davantage présente, apporter une respiration vis-à-vis des textes.

Pour résumer, Maximum cuvette permet de se faire une petite idée des réflexions et des initiatives au sein de la scène punk/DIY/autogérée grenobloise et au-delà. Sur les 5 numéros sortis, les trois derniers sont encore disponibles.  J’en ai pris quelques exemplaires en dépôt, n’hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressés.

 

Nothing new for trash like you

nothing new

Découvert par le semi-hasard d’internet, ce blog/zine grenoblois propose principalement des chroniques de disques ou cassettes. Couvrant la période 2010-2015 – le blog n’est pas officiellement fermé mais le dernier post date de l’année dernière – il donne un chouette aperçu de ce qui est sorti dans la « scène souterraine » durant ces années, avec notamment pas mal de chroniques de groupes locaux (disons, rhône-alpins) – Monstre !, Phyllis Dietrichson, Walden, L’Oiseau mort, Inys, La crève, les Objets meurent, par exemple -, dont certains encore en activité.

L’angle d’attaque est clairement inspiré par la philosophie punk / « Do it yourself » et souvent critique de l’approche rock traditionnelle, où le groupe et sa musique sont d’abord et surtout un spectacle. Les styles de musiques abordés sont quand même très variés, depuis le hip-hop ou le folk jusqu’au black metal, même si on sent un enracinement dans le hardcore/screamo. Avec une chouette sensibilité artistique, qui pousse souvent l’auteur à faire des remarques pertinentes sur l’aspect musical et rendent les chroniques assez captivantes. Qu’est-ce que ça fait du bien de lire quelque chose de différent ! Autre chose que la communication quasi-professionnelle ou commerciale des groupes – elle est où l’alternative ? – ou le torrent d’infos souvent dispensables des sites spécialisés.

Nothing new for trash like you propose également quelques compte-rendus de livres politiques radicaux et des liens vers des médias, collectifs ou publications alternatives. Le blog semble donc un peu en hiatus actuellement mais son auteur est actif dans le zine collectif grenoblois Maximum cuvette – un vrai, en papier -et on peut aussi voir ses supers dessins et travaux graphiques ici.