Exo-planets of noise-rock : an interview with YC-CY

Swiss German band YC-CY totally blew some of us out last year with their Todestanz Lp (including a song that is compulsary listening). So their show in La Makhno (Usine, Geneva) in May was a chance not to be missed. « It’s the first time we’re doing an interview », says YC-CY guitarist Mike, almost shily, with no suspicion of what a pleasure it is for the interviewer to record the carefully thought-out answers of the young band – kind of felt like taking the pulse of a sportsman. This conversation took place on the upper floor of l’Usine. Mike, Rune (voice) and Gregor (drums) were sitting on the beds. Remo (bass) was on a ladder breathing the smoke of a cigarette out in the night. And this is what we said.

Is there any special meaning behind the name YC-CY ?

Mike : No, we like it because it is symmetrical. I think it is interesting because it doesen’t mean anything but it makes you think about what it could mean.

I thought maybe it meant « Why see ? See why ! »…

Rune : Nobody thought about that.

Mike : I thought about it ! That’s my favourite version of the name, actually.

Is there a will from your part to make something a bit obscure, not so easily accessible ?

Mike : We don’t necessarily look for it but we are probably like that so it just automatically happens. Like for example on the first record all the names of the songs are animals in German. We didn’t have any lyrics at first so we just named the songs by the animals that they reminded us of. And then we thought, cool ! Why not ? A lot of stuff about the band seems really planned out but it’s really spontaneous.

Remo : And on the second album it’s all exo- planets.

Mike : Planets that are not in our solar system.

There’s always this notion of distance. Exo-planets, it’s… far away !

Mike : Exactly. And then the cover looks like space with an an explositon but it’s really a photo of the ocean and the thing that looks like an explosion is a jellyfish.

It’s not really easy to label your music. How do people react to it ?

Mike : People who like punk music think it’s interesting but also a little weird. And then there’s some people who are looking for that kind of music.

Remo : There is not really a scene for this kind of music and when we started we were really wondering if people would like it. When you’re writing punk or hardcore you know people will like it.

Are you talking about your local scene or in general ?

Mike : Some of our worst shows are at home. I honestly just think they don’t like that kind of music that much. Which is totally understandable.

Remo : And playing more shows and finding people that are interested in that kind of music or playing with other bands that do similar type of music outside of Switzerland made us realize yeah there is a scene we didn’t know about !

Rune : People walking out at shows. It’s always funny. It’s not really a thing that you would wish to yourself. We sound so weird that people don’t know what to do with it. At least you can protect yourself with that kind of thought.

Mike : It’s a reaction at least !

Rune : And then you discover that there are actually some people who listened to it, who actually know some songs and have come to the show and you don’t have to protect youself anymore.

Mike : When we go on tour, we never expect too much. One night it’s crowded and everybody’s dancing and the next it’s ten people and they don’t care !

So do you find punk music too conservative ?

Remo : We all wanted to do something new but we all like punk bands as well.

Mike : All these conservative – if you want to call it that – punk bands, we all like them. But we’ve played in a lot of bands already so we wanted to try something new. But we like the Ramones !

What is a good concert for you ? What type of contact with your audience are you looking for ?

Mike : I really like when people dance cause to me the music is really dancy. But I don’t know if it comes across like that always. I don’t see it as hardcore at all. I see it as just dancy but really dark and spacy.

Rune : We played our first concert in April and – we had that in Milano before – people really engaged with the music, pushing the stage, almost pushing me off the stage. It’s a really infectious thing, this excitement, this vibe that everybody gets into, where you will do some stuff that you wouldn’t necessarily do normally.

Mike : People kind of forget about themselves and just let loose. And then when the band stops everyone is normal again. It’s cool, I think. It’s interesting.

Rune : It can also be a good show when people just liked it. Or they didn’t like it but you just had fun.

Are there any bands that you saw and that inspired you to cross boundaries and do your own thing ?

Remo : We talked about it before a little bit. Some yeaurs ago we came here in l’Usine to see Retox. I didn’t know them and didn’t expect anything. It was different, really powerfull and the audience had this punk spirit but the music was not something that usual punk bands would play. It was weird but really intense. That was one influence. Punk but different.

Rune : I admire bands that can put on a really crazy show even if not much is going on. Just doing their thing. I don’t really understand how you do that.

Mike : They’re just really confident. About your original question, I think we all really like The Cure. Heavy but not melodic and not hard. A little funky, a little dancy. that’s what we’re trying to do as well.

Do you think that local scenes still have a relevance in our internet age ?

Mike : Yeah, definitely. We live in a really small town but the scene there is really good. There are record stores and studios, places to play and a lot of bands. Even an independent radio station and they play our songs ! Nothing to complain about, really. I just believe that it’s really not the kind of music that people who live there want to listen to.

Are you active in any other ways in your local scene, apart from the band ?

Remo : Yeah, we are setting up shows, playing in a lot of local bands as well. (Remo has also started a label called order05records and Mike is playing in the experimental band Tumortumor. – Ed.) We were doing shows in our practice space for a while. When we did the first show, we were kind of expecting the police to turn up because the place is like an apartement in a basement but then we ended up putting up shows there regularly !

Mike : There are also clubs where we know the people and where we sometimes do shows.

Do you like reading about music ? Do read any special website or magazine ?

Remo : Yeah, I really like to read interviews when they go a little deeper than the usual questions. And also band biographies and books about music.

Mike : I really like Ox fanzine. I check that out for reviews mainly. And I just discovered Perte & fracas. He reviewed one of our records and now I check that out too. We’ve all done French at school but we never use it. So I can read in French, even if it sometimes take me a long time to understand. I feel he’s always spot on and knows a lot about music. I’ve discovered a lot of records. He’s probably my favourite… I even like Noisey and Vice and all that stuff.

Remo : The book that I’m going to read next is called Fight your own war. It’s about the noise-punk scene. And we talked about Retox. I read two of Justin Pearson’s books, too. The first one was OK but then the second one I hated.

Mike : The second one made me dislike him a bit too…

OK, next question ! Your two records have come out on X-Mist records. Can you tell me how it happened ?

Remo : We released the first record by ourselves – 100 lps, we didn’t know if anybody was going to buy it. Somehow he heard it, made a review and really liked it. So he ordered a lot of Lps. Half of them I think. When it sold out, he did a repress, and then another repress. And then he told us that if we were going to do a new album and he liked it, he wanted to have us on his label.

The sound is a bit different on the second album. Did you go to a different studio ?

Remo : (Laughs) We didn’t go to a studio for the first one! We recorded in our rehearsal space. We did it all by ourselves. We didn’t know what to expect and then when we were mixing it and it was coming together, I was like « Wow ! This sounds really good ! Who knows, maybe someone will like it ? »

Mike : We didn’t know what we were doing. It was a lot of work to do it ourselves.

Rune : Insanely stupid !

Remo : We lived in the studio during five days for the second album. Became kind of friends with the guy who recorded us, who was really into it.

Mike : He was super sweet. We’ll probably go there again for the next album.

Which should be on your label, Remo ?

Remo : Maybe, we’re not sure yet.

Did you play some new songs tonight ?

Mike : Yeah, two. We’re trying them out. I think, just like the second record is more dancy than the first one, the next one is going to be even more dancy.

You’re very much into dance (laughs). Do you like dancing ?

Mike : A lot.

Remo : We wanna do horror disco !

Mike : Even, like, gothic… I love it.

You guys have very lively and rythmic parts and other that are more ambient/noisy stuff. It makes the songs quite long – that’s good – and during the shows you don’t have a lot silence.

Remo : We try to have one long song as the whole set !

Mike : When you’re watching a band and you’re really into it and after the songs it’s like « CRRRRR… » and it’s quiet. I think it’s nice when it’s more like a movie. There’s always something happening and you’re never getting out of it. And if you don’t like it, it’s like torture ! (Laughs) It’s good because of the contrast. The long parts seem longer and the fast songs more chaotic. It’s like a rollercoaster. Only long songs would be boring but the two different parts kind of charm each other… I think.

Plans for the future ?

Remo : This year we’re going to try to record a new album and then play a lot of shows.

Mike : We have a lot of songs already.

>>>>>>>>>> YC-CY

>>>>>>>>>> ORDER05RECORDS

>>>>>>>>>> TUMORTUMOR

« Sonic Youth, mobylettes et album jazz de l’année » : une interview avec NURSE

Après la sortie de son premier album, à la fois attachant et impressionnant, sans parler de leurs prestations scéniques enflammées, une interview avec Nurse s’imposait. On a pris rendez-vous à leur local de répétition au Poulpe, enclenché le bouton On de la caméra et laissé filé l’enregistrement. Ben (chant), Ram (basse), Manu (guitare) et Simon (batterie) se sont prêtés avec bonne humeur au jeu de ce qui était au final plus une conversation en roue libre entre copains, un peu réécrite et recomposée pour que le résultat soit lisible et intéressant.

Première question un peu débile : votre album est sorti il y a un mois, est-ce que vous êtes contents ?

Nurse : On est contents! C’était très très long, deux ans, quasiment.

Manu : Trois ans pour composer, deux ans à enregistrer !

Pourquoi est-ce que c’était aussi long ?

Ben : J’ai mis énormément de temps à trouver mes lignes de chant. Il fallait que je digère le style qu’on avait mis en place tous les quatre. J’avais jamais écrit de chant mélodique, j’ai fait que du hardcore avant ! Et puis, il m’a fallu un an pour me trouver une technique d’enregistrement. Le studio, ça me gave. J’ai enregistré tout seul avec des enceintes. Je passe l’enregistrement. A fond – tu rentrais dans la pièce, ça faisait mal. Micro à la main, j’ai tout enregistré comme ça. C’est en prenant le temps que j’ai fini par trouver ça. Je pouvais faire ce que je voulais. J’étais pas content, je recommençais. Maintenant que je sais comment j’enregistre, je pense que ça ira plus vite à l’avenir.

A Ugine, juin 2016

Est-ce que vous pourriez me refaire l’historique de Nurse ?

Ben : Les deux garçons là (Manu et Ram) jouaient dans un groupe qui s’appelait Shivaz et moi, j’avais un groupe de fusion, Full dawa. On a commencé à se connaître sans jouer ensemble. Shivaz ont eu un mini succés local et ensuite j’ai monté un groupe de metal-hardcore qui s’appelait NFO. Eux, ils avaient un peu envie d’arrêter Shivaz. Et moi, ça me disait bien de faire autre chose que du métal. On a monté ce projet – Borefat cohesion – on a fait un petit disque auto-produit. Quelques concerts. Les gens aimaient bien. Et puis, on a voulu enregistrer un nouveau truc. Sauf que le batteur est pas venu. Du coup, ça s’est arrêté.

Manu : Et le jour même, j’ai appelé Simon.

Donc ça, c’est l’ancêtre de Nurse…

Ben : Y’a encore un truc entre les deux. On a composé avec Simon, sur les cendres de Borefat. En faisant un peu le même style mais en changeant un petit peu. Ca s’appelait Latte machiatto (Fou rire général). On a fait un concert au Poulpe qui s’est avéré être une catastrophe. En plus, les gens qui aimaient bien Borefat nous attendaient, ils sont tous venus nous voir et on s’est vraiment vautré. On s’est pas revu pendant trois mois. Pas d’appel, pas de répète, rien. Silence radio. Puis, on s’est revu, on s’est remis à composer mais en voulant faire autre chose. En partant de l’album « Sonic nurse » de Sonic youth.

Rami : On a jammé, on a fait un morceau. C’était cool. Calme, aéré par rapport à ce qu’on faisait avant. C’est le deuxième du disque. Tout est parti de là. C’est tout pompé sur Sonic Youth, Nurse !

La Spirale, Annecy, septembre 2017

Qu’est-ce qu’il représente pour vous, cet album de Sonic youth ?

Ram : C’est pas celui que les gens préfèrent. Il y a ce morceau, le cinquième,, Stones.

Ben : C’est hyper beau.

Ram : Ce morceau, il est incroyable.

Est-ce que vous pouvez me dire un mot sur la pochette de l’album ?

Ben : C’est le grand-père de Manu, dans le nord de la France.

Simon : On avait une idée super et c’est tombé à l’eau…

Ben : On voulait faire un portrait d’un pote, qui a une tête – une gueule, quoi. Il nous avait dit oui et puis plus de nouvelles et puis il a dit je suis pas photogénique, ça sert à rien.

Simon : En fait, cette photo, plus tu regardes et plus tu vois qu’il y a tout. Le Ricard, la grosse clope, des bouteilles de gaz, tu sais pas trop, les briques, un chien et puis surtout, il y a le grillage qui prend toute la place. Et ça, c’est génial !

Manu : C’est marrant qu’il ait dit oui… Je suis pas là pour longtemps, va-z-y ! Il a le même âge que moi…

Ram : Il y a cinquante ans…

Ben : On voulait pas un truc en rapport. On voulait pas qu’il y ait le nom. On est content que ce soit une photo qui nous appartienne.

Tu peux toujours voir des rapports…

Manu : Ouais, là, mon grand-père, il montait son affaire, c’était une période merdique. Il était en usine avant. Tu vois ce que ça pouvait être… Il vivait dans une baraque ouvrière à côté de l’usine. Bossait six jours par semaine. Voisins avec ses collègues. Il monte son truc. C’est un peu un échappatoire, quoi. Tu retournes le disque, tu vois l’autre image. Tu te dis : putain, il avait envie de se barrer !

Une question un peu Michel Drucker : on évoque souvent les années 90 quand on parle de votre musique, pouvez-vous nous raconter vos années 90 ?

Ram : On est plus de la fin des années 90. Le lycée, Nirvana, Noir désir…

Ben : En 4e, j’avais 15 ans. Je répétais avec un pote qu’avait une mobylette pourrie et j’avais la batterie dans le sac ! J’étais le batteur et je jouais sur une batterie Mickey !

Ram : C’était le moment où, même dans le rock, on commençait à affirmer notre truc. Moi c’était l’alterno français, Les Shériffs…

Simon : Les tout premiers CD, Nofx…

Ben : Et la découverte des premiers groupes un peu durs. Le premier disque que j’ai eu, c’était War de U2. J’écoutais beaucoup, jusqu’en 5e. Après, mon frangin a dû acheter Tostaky. J’ai écouté. Je me suis dit, putain, c’est quoi ce truc-là ? Cette intensité, cette énergie… Même maintenant, tu me mets Tostaky et tu me mets n’importe quel Metallica, je trouve que Noir désir, c’est plus dur. Mais à l’époque, avec le son heavy metal, la batterie, la grosse prod, quand t’as 15 ans, ben… je suis allé bien dans le metal. Assez loin. Pour revenir, tranquillement. Je suis revenu à Nirvana bien plus tard. J’aimais bien Nirvana mais j’étais pas hyper fan.

Simon : Et puis, c’était les premiers concerts, les Plateaux rock à Annemasse où toute la scène alterno passait. Les Thugs, No one is innocent, Les Shériffs, Silmarils… Tu voyais le batteur torse nu et tu te disais Waouh ! C’est ça que j’ai envie de faire !

Vous êtes dans le scène locale depuis un paquet d’années, comment est-ce que vous l’avez vue évoluer ? Comment est-ce que vous la jugez maintenant ?

Ram : Ca bouge moins.

Simon : Tout ce qui est SMAC – genre Chateau-rouge – au début, on trouvait ça plutôt cool. Et maintenant j’ai l’impression que ça a tué tous les petits lieux. Les bars. J’ai l’impression qu’avant c’était plus simple de jouer pour un groupe qui commençait.

Ram : Au début des années 2000, il y a eu une pétée de petits festivals. Il y en avait partout !

Ben : Dans les villages, ils ne faisaient plus de bals, ils faisaient des festivals ! Tous les petits groupes – comme mon premier groupe, on était vraiment nuls – tous jouaient ! Ca, ça a disparu. Avec NFO, on jouait avec des groupes de reggae, de chanson, avec les Shivaz. C’était tout mélangé ! C’était cool !

Simon : Je pense que c’est la professionnalisation de la musique qui a tout tué. Les groupes prennent plus cher parce que c’est devenu leur job. Tous les prestataires prennent plus cher.

Manu : Les Rockailles, au début, ça marchait bien, on s’est tirait à peu près (Manu a fait partie des premiers collectifs d’organisations du festival des Rockailles, NDLR). On faisait passer des groupes qui prenaient peut-être 2000 balles et, en deux ans, c’est monté à 15000 boules… En fait, pour que ça marche, fallait faire en sorte que ça te coûte rien ou pas grand-chose. Nous, on voulait faire ça pour faire passer des groupes qui nous faisaient envie et puis, rapidement, on a été pris à la gorge parce qu’il fallait négocier. C’était pas notre boulot !

Ben : Business, quoi. Il y a un gros creux. Comme un peu partout, je pense…

Les Tilleuls, Annecy, septembre 2017

Ben, t’as aidé à organiser des concerts dans des lieux alternatifs comme la Machine utile. Comment vous vous placez par rapport aux lieux plus institutionnels ? Est-ce que vous faîtes une différence ?

Ben : Ah ouais, moi je fais une énorme différence. Je ne leur parle pas de la même manière. Après, le truc, c’est que j’y travaille, dans les lieux institutionnels (Ben est éclairagiste, NDLR). J’aime bien, comme pour tout, avoir un pied dans plein de trucs. Ca me fait marrer. J’aime bien faire la lumière dans des gros machins et j’aime bien les squatts où il y a pas de lumière. En vrai, je prend plus de plaisir dans un squatt où il y a pas de lumière ! Musicalement, par rapport à ce qui se passe. Après mon métier, ça reste la lumière. J’ai une vraie passion pour ça.

A ton avis, quelle devrait être la relation entre les deux ?

Ben : Il n’ y a aucun problème. Pourquoi les grosses salles pourraient pas programmer un groupe de noise ? Je considère que c’est leur rôle. C’est ce qu’ils font, plus ou moins. Le problème, c’est la fermeture des grandes scènes à la scène indé et à la scène locale. Ils ouvrent leur petite salle volontiers, mais ils l’ouvrent parce que c’est dans leur cahier des charges, pas par plaisir. Enfin, c’est pas vrai, ça dépend des programmateurs. Le problème, c’est le dialogue, on parle pas la même langue.

Ram : Mais bon, nous, en tant que groupe, on a aucun combat contre l’institutionnel…

Ben : Ouais, mais Simon il est en colère. Et moi aussi, mais en même temps j’y suis alors je comprends plein de choses. Mais il a aussi des choses que je ne comprends pas. Je pense depuis très longtemps que les gens qui sont à ces postes, ils devraient changer tous les cinq ans. Le mot est peut-être fort mais ils sont blasés. Un peu. Et puis sur les grandes scènes, ils se battent avec les prods. Exactement comme ce que Manu t’as raconté tout à l’heure. Le problème c’est que quand t’as des mecs qu’ont pas de culture alternative, ils s’en remettent au tourneur qu’il connaissent et on a toujours les mêmes groupes.

Simon : Et on en vient au truc de la professionnalisation de la zique… Et puis, ils prennent le problème dans le mauvais sens. Le public, en fait, il faut l’habituer. Genre le Poulpe, maintenant ils ont leur belle salle. C’est rarement vide, quand même. Ils ont réussi à fidéliser des gens qui vont voir les concerts, même si ils ne connaissent pas le groupe… Et les grosses salles, c’est : le tourneur nous a vendu un truc, c’est bien, on va remplir notre salle. On est content ! On se pose même pas la question de faire jouer un groupe en première partie. Je sais pas… Pour moi, c’est juste pas logique… Pour ces gens, ça paraît un truc impossible de faire jouer un groupe local avant deux autres groupes, alors que les assos elles font jouer quatre groupes dans la soirée et c’est cool. Ca se passe hyper bien.

Ram : Mais parce que les salles c’est les cantonniers de la musique ! Ils sont dans leur petit rythme tranquille, faut pas trop changer ! C’est des cantonniers de commune, j’ai rien contre mais faut dire les choses…

Ben : C’est dur parce qu’on arrive pas à foutre nos groupes là-haut…

Simon : L’argent des subventions, il vient de qui ? Il vient de nous, il vient des impôts. Alors tu en fais profiter tout le monde. Je demande pas d’être payé 1000 balles à chaque fois que je vais jouer mais un minimum de considération. Tu files 100 balles au groupe. Les groupes de lycéens, tu leur files à bouffer. Tu leur files un jeu de cordes ! Tu vas voir un magasin de musique, tu mets leur logo au bas de l’affiche. Les solutions, elles existent. C’est juste que les gens en ont rien à branler !

Il y a des fois, on connaît des groupes étrangers qui déchirent qui tournent en France et qui trouvent à peine quelques dates, on se dit bon sang c’est dommage de pas pouvoir avoir accés à ces salles…

Simon : Les mecs à la programmation, ils lisent les Inrocks et puis c’est fini.

Ben : Et puis les coups de pression du style : OK, je te fais celui-là un peu moins cher mais par contre tu me prends celui-là. C’est du business. Quand t’essayes de discuter, tu parles pas le même langage. Nous, en toute sincérité, avec le recul, on a pas tous les tenants et aboutissants de ces gens-là. C’est sûr. Et eux, ils ont une vision qui est fermée.

Simon : Au début, il y avait une émulation mais maintenant, ils programment la scène locale et il y a personne. Pourquoi ? Parce que les gens peuvent nous voir ici au Poulpe ou au Moderne avant et c’est vachement plus sympa !

Ben : Moi, y’a un truc qui m’a énervé. Au café à Château-rouge dans leurs soirées intermèdes – parce qu’il faut qu’il y ait un nom à ces soirées, comme si les gens en avait quelque chose à foutre – ils programment un gars qui fait des reprises. Des reprises à Chateau-rouge ! Le mec – que j’apprécie, hein – il joue que dans des cafés où les mecs veulent se faire du fric, OK. Mais à Chateau-rouge ? Dans un lieu subventionné ?

Simon : Il y a mille groupes qui veulent jouer, putain…

La batterie de la caméra qui enregistre l’interview s’arrête à ce moment-là. On n’y fait plus attention. Le flot de la conversation nous mène jusque tard dans la nuit. Ben raconte son expérience comme hurleur dans un groupe de jazz d’avant-garde local, qui sera finalement élu album jazz de l’année. On évoque les projets du groupe, les concerts passés et à venir, un projet de label. A suivre…

Toutes les photos de Nurse sont tirées de l’excellent blog photo Lowlightconditions. Merci à lui !

>>>>>>>>>> NURSE

A night with The Ex : an interview with Arnold de Boer (The Ex)

 

 

Oh, damn ! Pretty stoked to present our first collaboration with David « Almighty » Livegeneva TV : a lenthy interview of The ex’s singer Arnold de Boer, mixed with live footage. It’s not perfect but it’s cool. Enjoy !

Oh, bon sang ! Bien contents de présenter notre première collaboration avec David « Tout-puissant » LivegenevaTV : une longue interview du chanteur de The ex, Arnold de Boer, mixée avec des extraits de concert. C’est pas parfait mais c’est cool. Enjoy !

>>>>>>>>>>> THE EX

>>>>>>>>>> LIVEGENEVATV

The non-philosophy of noise-rock : a (posthume) interview with Buzz rodeo

br band 4.JPG

We all love it when a plan comes together. Such was the case when Stuttgart-based trio Buzz rodeo said they were available to play with local emo-rockers Nurse at their album release party in Le Poulpe. Meeting Ralph, Daniela and Helge was a blast and, on stage, the dry, angular and yet melodic noise-rock of the Germans seriously kicked asses. It came all the more as a surprise, then, to learn that the band had disbanded a few days later, putting their west-European tour to a brutal halt. So much for rock’n roll. Anyway, they let none of that out on that night and were happy to answer some of my usual questions. Here is what they had to say.

OK Buzz rodeo, let’s go  ! Your songs are really well built, noisy but very coherent, so I guess this is not your first band experience… Could you tell us a little bit about your musical pasts ?

Ralph (guitar/voice) : We played in a band called Are we electric ? It was instrumental surf-punk-math-rock (laughs) ! And I played before in a band called Mink Stole et Helge played in Craving, I played in Bhang dextro. We had four 7 ‘’ out in the 90s.

Helge (drums) : The drummer of Bhang dextro left and then I came and we formed Are we electric ? together.

Ralph : Are we electric ?, Mink Stole and an unknown band called Lightning ships… And Tiger Shower Caps !

And you, Daniela ?

Daniela (bass) : I played in an all-girl band. A cover band.

How is the integration in Buzz rodeo going ? (Daniela has been in the band for one year)

D : Very good ! I love the music, I love the songwriting…

R : The guys ! (Laughs)

D : Yeah. Ralph is a bit special…

R : (Funny voice) Very special !

D : Helge is my flying teacher ! He is such a good drummer that playing bass with him is like flying ! And Ralph, he is…

R : … (Unidentified german word, better not to translate.)

D : No, an endless source of songs… In three days, he can do…

R : … one album ? (Laughs)

That was actually my next question : what is the writing process to achieve these songs that you recognize almost immediately ?

R : I just come to the rehearsal and play some riffs… and the others build it up !

buzz_rodeo-25.jpg

Your last album was published on a polish label – Antena krzyku -, can you pronounce that name for me ?

R : We say « Antena Kryschkou », but we don’t really know…it might not be the exact way… (Laughs)

Can you tell us a bit about this label ?

R : Its is 30 years old, at some time it was forbidden in Poland. Too political, or something like that… It’s a really cool guy who runs the label !

How did you meet him ?

R : He wrote to me on Facebook and we talked and talked and talked. I hadn’t noticed that he had a label. Three weeks later, he was like « Hey, I’ve got this label » and I was like « WHAT ?!! ». He has many bands on his label from all over the world. And not only noise-rock : hardcore-punk, balkan rock, he has all… But he loves noise-rock and post-punk ! He was the roadie for The Ex in the 80s and 90s, he was all over Europe with them.

D : And the best thing is that he doesn’t tell us what we should do…

R : Most of the promotion we do by ourselves, on Facebook…

Yeah, I’ve seen it once or twice… (Everybody laughs out really loud, Ralph being a serial Facebook poster.)

R : But you have to do this ! There are so many bands out there ! Many bands say fuck self-promotion, but it’s not my opinion…

buzz_rodeo-01.jpg

Do you think this has changed ? In the 90s, there used to be quite a lot of fanzines that bands would use for their promotion…

R : Yeah, I personnally read Maximum rock’n roll, Flipside, Heartattack and the German ones : Ox fanzine

H : And Trust. Trust is better !

R : And Skyscraper magazine and Copper press. And Magnet magazin in the 90s. And another German one in the 90s : Spex.

D : But the change is that you have more direct contact with fans. With social media, you collect them step by step, you talk with them directly. We send the teeshirts, the records by ourselves…

R : We write little messages, include them in the package. We built this Buzz rodeo thing mostly on Facebook.

Then do you think local scenes still have a relevance when you can be in touch with a guy in South america and organize a tour…

R : Local networks yes but not with the local scene… Not so many bands and they are much younger than us. But we have connections all around the world. The guys call us : Hey, come to Russia, come to Australia ! The next step would be to tour the US but… we are afraid of Trump ! Could be a horror trip !

Are these easy connections all good experiences ?

R : In general, you can rely on people, yes.

D : Things happen…

R : Yeah, but I would say 90 % is good. No assholes ! It works !

You seem to be very active : writing, recording, touring. Do you have music-related jobs ? Or flexible jobs ?

R : I’m a landscaper. Self-employed, so when we play, I have no money. But I can do what I want.

D : I’m in a sound studio that does advertising : radio spots, TV spots and videos… The day has 24 hours and it’s always full. When I do stuff for Buzz rodeo, I can’t work so much. But it’s OK.

H : I’m a teacher for fair-trade shops…

R : We can’t live from music only ! So far but… it can change ! (Laughs)

buzz_rodeo-14.jpg

Can you tell what bands are worth listening to in Germany right now ?

R : German bands ? That’s the hardest question ! (Laughs) Heads…. Not many that I prefer listening to…

H : You have to take a few minutes to think about this… Kurt… Ten Volt shock is cool ! Yass…

R : Party diktator. They have a new band called Waran… I personnally listen to American or UK bands : Blacklisters, Usa nails… And all the 90s stuff : Touch and go, Amphetamine reptile, Dischord, Trance syndicate… This shit… And I love Peru, from Poland. they’re great !

H : Frana… Porch… We toured with them in the UK.

You – especially Ralph – seem to be real noise-rock freaks, how would you define the essence of it – the philosophy of noise-rock – to people who don’t know about it and surely want to know ?

D : Good question…

R : We are really loud… and dirty. Well, … I don’t know ! (Laughs)

D : In the end, it’s just music. A matter of taste…

R : My roots are more in the UK post-punk scene. The Fall, stuff like that… Television personalities, Gang of four are my personal favourites. The guitar-player is god !

D : Music just makes peole feel something. You can say I love that but you can’t say what the philosophy of it is !

(Follows a discussion on how music can touch people in different ways…)

R : A new record is in the works : fifteen new songs ready to be recorded. We hope we can go to Blackbox studio, in France. We have contacts with Albini too but it was too expensive for us. But it would be a good thing, recording with him in the near future.

So you’re planning to have the new album out this year ?

R : Yeah, on the same label, Antena Kryzku. Of course.

 

Post scriptum

On latest news, Ralph has started a new band project with Sasha (ex-Frana) on drums and Daniel (Buzz rodeo sound guy) on bass. To be continued…

 

All black and white pictures are from Dylan D. Breed. Thanks to him again.

 

>>>>>>>>> MINK STOLE 1, 2

>>>>>>>>> BHANG DEXTRO 1, 2, 3

>>>>>>>>> ARE WE ELECTRIC ?

>>>>>>>>> TIGER SHOWER CAPS

>>>>>>>>> LIGHTNING SHIPS

>>>>>>>>> BUZZ RODEO

>>>>>>>>> ANTENA KRZYKU

>>>>>>>>>> LE POULPE

 

 

THE TURIN HORSE : Interview

The-Turin-Horse_Band-Pic_002.jpg

Take a look at this picture. A very close look. Enrico Tauraso (guitar, voice) and Alain Lapaglia (drums, samples) are The Turin Horse. They are here to make a hell of racket and are not going to have it another way. That’s the impression you get, anyway, when listening to their first brand new untitled EP. Only three songs, including a cover of Unsane’s Blame me. Short, but intense by all means. And certainly enough to feed the desire to send them a bunch of questions and get to know more about that Turin Horse. Plus the fact that they’re close neighbours to ours, being based in Torino. Plus their rehearsals take place in the same basement as favourite turbo garage-punkers of ours, Sloks. Plus… Plus… Oh well, let’s get on with it.

If I’m correct, The Turin Horse rises from the ashes of Dead Elephant. What’s the relation between the two bands? What were the main idea behind starting The Turin Horse?

Enrico : Dead Elephant are still in my heart. I think about them with a bit of nostalgia, exactly like when you are looking at an old photography of a moment that you loved. This feeling isn’t related to the music (I’m happy with what I’m doing now) but to the human experience I lived playing in my past band. I’m conscious that this phase is gone now.

Except the fact I played guitar and sang in DE and now I do the same in The Turin Horse, there’s no relation between the two bands for me. I was just 1/3 of the DE. I try to play in TTH with a complete new attitude without thinking too much about what I did in my old musical projects. When I met Alain I was crushed by my past for various personal reasons. I think I was at a dead point and I needed fresh air in my mind. Alain has much influenced my way of play and think music. Sincerely I never accepted that DE were finished until he showed me that together we could get involved creating a new musical identity with its own sense.

Another aspect where I changed my role is that I built the main part of the gear I use in Turin Horse and I never did this kind of thing for DE.

For me the idea behind the Turin Horse was « Let the past go and drive the music over it. Let wounds/insecurities bleed again and try to play the music that is able to make you feel that fuckin shiver down your spine ». In other words I simply tried to express myself making a step forward. As a musician and as a human being. I don’t know if I’m succeeding but I’m trying to do my best.

Does your band’s name come from hungarian director Bela Tarr’s film? Are you interested in experimental art, music or otherwise?

I have much respect for Bela Tarr’s works. In an era where tv series, social media and youtube give a new aesthetics of images, Bela Tarr’s works are there to draw attention to the original powerful visionary meaning of cinema. We were fascinated about the backstory of the movie plot: the whipping of a horse in Turin which is rumoured to have caused the mental breakdown of the philosopher Friedrich Nietzsche.

Nietzsche saw in the violence of the coachman the desire of the human beings to dominate the world and crying rushed to stop him.

Turin is also the city where we live since we began this band and we liked the idea of having a territorial reference in our name connected to a such controversial event…

Regarding my tastes sincerely I’m not interested in a specific genre of film, art or music. Good things and bullshit are everywhere (not in a specific genre) so I try to keep my heart open and I go deeper if I receive good vibrations.

The-Turin-Horse_Band-Pic_001

You’ve just released your EP, how do you feel about releasing music on vinyl in a more and more numerical era?

It isn’t too strange release a vinyl in this era. In a digital world it’s normal that people have a sort of fetishism for the oldest physical music medium.

A guy in the ’50 bought vinyls and a guy in the present does the same. We need rituals to give sense to our actions. It’s a cool thing, don’t you believe?

Your cover of Unsane’s Blame me is on the « Flattered, Shattered and Covered » Unsane Tribute comp. Can you tell us the story of how you ended taking part in this project?

I’m a big fan of Unsane from the 90s. Manuel Veniani asked us to take part in this project because he believes in what we could do for this operation. I’m grateful to him for taking part of the project: for me it was a good opportunity to show my gratitude to the Unsane for what they gave me. I’m proud to take part in that compilation. It’s an operation coming from the below made just for passion. This is why it’s great.

Enrico, I believe you use an EGC guitar or at least an alluminium neck guitar, don’t you? Can you tell us a little bit about that instrument?

I use a Travis Bean. I bought it in 2003 when fortunately guitars with aluminium neck weren’t as fashionable as now and didn’t cost so much. They were considerated guitars of the hippy freaks era. I was fascinated by this kind of guitars because I love Jesus Lizard and PIL guitar tones. Whem a friend of mine went to Chicago to play with his blues band, I asked him if he could find one for me. This friend came back in Italy with a Travis Bean 1000S and since that time I never thought about selling it because it became a part of my guitar sound. I only substitute the neck pickup with a new custom one because I need to use in a creative way the lack of the bass player in the Turin Horse.

I love this guitar because I can mount on it very thick guitar strings without problems with the neck stability. Sustain for days and a very transparent sound. It’s the only instrument I have since I bought it.

a3780325106_10

Do you read about music? Books, magazines, webzines? Any that you follow in particular?

I was an avid reader when I was younger, when I didn’t have internet. I devoured magazines and books for years. In the last few times I took a little distance from the words about music. Frank Zappa said  » Talking about music is like dancing about architecture », I think it’s true. Especially in these days where there are a lot of experts in every kind of matter and I read a lot of opinions about every kind of things. Personally I take more care than in the past about what I read and « who » I’m reading. From my point of view as a music reader, it’s important to have an explanation about why an album/band has a value. In a sea of reviews that glorify records without giving a grounded merit, the risk is to no longer understand what has a real value and what doesn’t. This creates a lot of confusion. I don’t follow any specific magazine or website.

What’s worth listening to in Italy right now in your opinion?

I recently listen « Ere » from the band Stormo and I like it. Other italian bands that I love are Demikhov, Nudist, Hate&Merda, Carmona Retusa, Ruggine and Io Monade Stanca. They are all great bands, especially live.

And Finally, if you had to make a selection of three albums that are absolutely essential to you, what would they be?

This is a very difficult question…I think they can vary from a moment to another. 3 is a very small number!

In this moment I can say: Wipers – Over the Edge, Dickie Landry – Sixteen Saxophones, Pentagle – Basket of Light.

Thanks Tom!

See you Enrico !

>>>>>>>>>> THE TURIN HORSE

Disco boule : interview

DB 1.JPG

Trio guitare/guitare/batterie en provenance de Lyon, Disco boule a sorti un bien chouette EP dont ils firent la démonstration électrisante à la Brasserie pirate il y a quelques temps. L’occasion de prendre contact et de leur poser quelques questions pour mieux les connaître.

Bonjour Disco boule, vous existez depuis peu et on ne vous connaît pas trop, pourriez-vous présenter le groupe ?

Salut Rad-Yaute ! Alors Disco Boule est un trio instrumental qui oscille entre rock, noise et math-rock. Le groupe s’est formé en Septembre 2015 sur Lyon avec Lucas à la batterie et Brice et Julien aux guitares.

Un an plus tard, Julien a décidé de partir et Gaëtan est arrivé pour le remplacer. Il a fallu un petit temps d’ajustement mais ça fait maintenant 8-9 mois que les choses sont bien lancées avec pas mal de concerts effectués (notamment une tournée en Octobre).

DB 2

Qu’avez-vous pensé de votre concert à la Brasserie pirate ?

C’était un concert de reprise pour nous (5 mois sans jouer) et ça s’est plutôt bien passé ! Les gens étaient motivés, le lieu intéressant malgré les soucis récurrents avec le voisinage. On a en plus partagé la scène avec les amis de Don Aman donc c’était bien cool !

Vous venez d’enregistrer un EP, pourriez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un EP 4 titres qui se nomme « Soirée Mondaine » et qui a été enregistré en collaboration avec Florent Bobet, ingé-son sur Paris qui joue notamment avec Lucas au sein du groupe Dinno.

Le but premier était d’enregistrer assez vite quelques morceaux. Donc le rendu est très brut, assez direct et efficace ce qui correspond bien à la période où on l’a fait. Concernant l’artwork, il a été fait par un autre pote connu sous le patronyme d’InniPukin et qui restitue parfaitement bien l’esprit de l’EP.

a2507265526_10.jpg

Votre musique est parfois qualifiée de « math-rock ». Certains groupes dans ce style font aujourd’hui une musique très référencée, empruntant et jouant avec les genres, souvent avec pas mal de distance et d’ironie. Pensez-vous que le math-rock est une musique parodique ?

On ne pense pas que le math-rock soit une musique parodique. Mais comme tout style qui s’est développé, beaucoup de groupes se sont engouffrés dans la brèche, pour le meilleur et pour le pire. Il y a forcément du recul à prendre sur toute cette boulimie et, chez certains, il s’agit entre autre de jouer sur l’autodérision. Nous concernant, s’il est vrai qu’on qualifie notre musique de math-rock, c’est simplement qu’on a bien du mal à se donner une étiquette ! On est loin quand même des groupes comme Battles ou Don Caballero.

Etre instrumental, est-ce un choix ?

Complètement ! Le projet est venu avec Brice qui voulait monter un duo guitare/batterie instrumental. Ce choix convenait également très bien à Lucas et les choses se sont lancées ainsi. De toute manière, aucun d’entre nous ne sait chanter donc la question est vite réglée !

DB 4.JPG

Pouvez-vous citer un artiste ou groupe que vous adorez et qui pourtant est très éloigné de votre musique ?

La musique Gabber de la fin des années 90, Michel Polnareff, Anton Dvořák, Meshuggah … A vous de trouver qui a cité qui…

Avez-vous des projets parallèles ?

Seul Lucas a des projets en parallèle. Tout d’abord un projet techno à 2 batteries sur Paris, sans nom pour le moment. Et ensuite Dinno, groupe de pop qui devrait bientôt sortir un disque.

Avez-vous l’impression de faire partie d’une scène à Lyon ? Y a-t-il des groupes dont vous vous sentez proches et dont vous voudriez nous parler ?

Même si le terme est toujours un peu communautaire, il y a en effet une scène noise très vivante sur Lyon et on y retrouve forcément des attaches. On peut citer des groupes comme Monotrophy, Tombouctou, Boucan avec qui on a partagé quelques concerts et qui font du très bon son. Mais il y en a plein d’autres encore.

DB 5.JPG

Plus généralement, quels sont les groupes ou artistes que vous nous conseilleriez d’écouter ?

Il y a trop de choses à conseiller ! A la volée, on peut citer le dernier disque de James Holden, La Colonie de Vacances et chacun de ses groupes, Lysistrata, Converge etc….

Quelle est votre vision de l’éthique de la musique ? Vous sentez-vous proches des idéaux d’indépendance et de conscience politique parfois pronés dans le punk, par exemple ?

Avec Disco Boule, il n’y a pas de message politique véhiculé. On est plus dans la légèreté (il n’y a qu’à voir nos titres de morceaux). Puis sans chant, difficile de faire passer un message.

Par contre, oui on est en plein dans la sphère indépendante, que se soit déjà par rapport à la musique de niche que l’on joue mais aussi parce que c’est ce que l’on aime. On est 2 à organiser des concerts DIY dans le groupe et les valeurs d’indépendances font partie de tout ça, entre passion, débrouillardise et entraide.

DB 6.JPG

Est-ce que vous lisez sur la musique ? Quels fanzines, magazines ou webzines par exemples ? Est-ce que vous trouvez ça intéressant ?

Beaucoup. Principalement via les webzines (W-fenec, New Noise, Mowno, Metalorgie, Perte et Fracas, etc …) sur quasiment tout (découverte, actu, report de concerts, interviews, …). C’est toujours intéressant pour confronter les avis, les opinions, découvrir de nouvelles choses et suivre l’actu du show-business !

Quels sont les projets de Disco boule ?

Pour le moment, il s’agit de faire des concerts dès que l’on peut. On a 2 dates en janvier (sur Chalon sur Saône et Lyon) ainsi qu’une tournée pour Mai en prévision. Avis aux amateurs et programmateurs !

Merci beaucoup !

Merci à toi et à tes lecteurs !

>>>>>>>>>> DISCO BOULE

Don Aman : interview

Concert BDZ -01

Un peu comme sur la pochette de leur premier album, Don Aman est un oiseau aux multiples couleurs et aux humeurs changeantes. Mélancolie, émotion latente, rêverie. Mais aussi distortion épaisse et sautes d’humeurs violentes. On a croisé la route de ce drôle d’oiseau une ou deux fois et on a leur a posé quelques questions pour rentrer un peu plus dans leur univers.

Hello Don Aman, pouvez-vous nous parler de l’actualité de votre groupe ? Je crois que vous êtes en train ou avez fini d’enregistrer un disque…

Francis : Oui, nous avons enregistré au mois d’août au studio A’Dar à Étang-sur-Arroux (dans le Morvan). Le mastering par Electric Room (Genève) est tout juste terminé et si tout se passe bien, le disque sortira en janvier 2018 – avec le label Urgence Disk à Genève. L’album s’appelle Starving. Après ça on va surtout essayer de tourner comme on peut.

Pourriez-vous présenter rapidement votre groupe ? Depuis quand existez-vous ? Avez-vous des projets parallèles ?

F : Le groupe est basé à Dijon et nous sommes trois. Don Aman est né en 2012 mais je préfère dire 2013 : nous avons changé de batteur cette année-là et notre musique a bien évolué avec l’arrivée d’Arthur. Ce qui a été fait avant ne compte plus vraiment pour moi.

Geoffroy : Je joue également dans plusieurs autres groupes sur Dijon : The Pepper Machine (space rock garage) et La Ruche (musique à bourdon psychédélique). Des trucs assez différents de Don Aman au final.

Concert BDZ -07.jpg

Votre musique est très personnelle et brasse des influences variées. Est-ce que c’est une volonté de votre part, de dépasser les courants, les genres ?

F : Non pas du tout, ça serait vraiment prétentieux d’imaginer dépasser les courants et genres. C’est toujours naturel. On ne sait pas vraiment ce que l’on fait et c’est très bien comme ça.

Don Aman, c’est le nom d’un morceau de Slint, alors vous n’y couperez pas : votre nom est-il une référence à ce groupe ? Si oui, qu’est-ce qu’il représente pour vous ?

F : C’est ça, on a juste retiré la virgule entre Don et Aman. On aime beaucoup ce groupe, on aime beaucoup l’album Spiderland et c’est généralement assez difficile de trouver un nom donc on leur a emprunté. Ça sonne bien et puis ça se retient facilement. Mais on a jamais considéré ça comme une manière de revendiquer nos influences, d’ailleurs je trouve que notre musique n’a pas grand chose à voir avec la leur.

J’imagine donc que vous n’êtes pas influencés par un courant musical en particulier mais peut-être y a-t-il des figures qui vous ont particulièrement marqués et qui sont des sources d’inspiration ?

F : Pour ma part, j’aime pas trop parler de nos influences, ça réduit un peu les choses et ça laisse peu de place à l’imagination. Il y a forcément des personnes qui nous ont influencés mais je ne crois pas que ça soit conscient quand on crée un morceau.

G : Il y a beaucoup de groupes et d’artistes qu’on apprécie en commun tous les trois mais je préfère parler d’inspiration plutôt que d’influence, perso. Et oui, on évite d’en parler. Pour moi il n’y a rien de pire que de lire un descriptif de groupe pour un concert ou une chronique de disque avec quarante références à d’autres truc, aussi bons soient-ils. C’est le meilleur moyen pour moi de ne jamais écouter.

Concert BDZ -05

Quelle est votre vision de l’éthique de la musique ? Vous sentez-vous proches des idéaux d’indépendance et de conscience politique prônés dans le punk, par exemple ?

F : On est un petit groupe donc le côté indépendant ça nous parle forcément. En revanche, le côté politique c’est pas notre truc. On comprend mais on ne se sent pas plus impliqués que ça. On pourrait faire une chanson engagée un jour, ça serait vraiment ridicule.

G : On est un groupe indépendant et on a toujours fonctionné comme ça même avec ce qu’on fait à côté et ce qu’on a pu faire avant. Par la force des choses, je me sens personnellement proche de ces idéaux d’indépendance mais j’essaye quand même de m’en détacher un minimum pour ne pas tomber dans des extrêmes qui seraient ridicules. Les trois quarts du temps, c’est surtout le bon sens qui nous guide dans nos décisions et on est relativement d’accord sur ce genre de questions, donc on ne s’en pose pas trop.

Avez-vous l’impression de faire partie d’une scène à Dijon ? Y a-t-il des groupes – locaux ou non – dont vous vous sentez proches et dont vous voudriez nous parler ?

F : On a rarement eu le sentiment d’avoir une place à Dijon, même si quelques personnes nous suivent. Peut-être que la plupart des groupes vit la même chose dans leur ville d’origine, je ne sais pas… On a quelques groupes d’amis à Dijon mais il n’y a pas forcément de réelle complicité musicale. Il y a des associations assez dynamiques et pas mal de concerts à voir mais je ne pense pas que l’on puisse parler d’une scène en particulier. Ailleurs, on aime beaucoup Tolstoi et Silence de Nancy, aussi l’Orchidée Cosmique à Annecy (ou Chambéry je ne sais plus).

G : On fait quand même partie du collectif L’Engeance à Dijon, qui réunit cinq ou six formations (pour seulement huit personnes), dont celles que je mentionnais plus tôt. Mais au final, elles n’ont rien à voir entre elles et brassent large niveau styles. On ne tourne pas ensemble mais on se soutient mutuellement en organisant des concerts à Dijon et ailleurs.

Sinon, difficile de parler d’une scène particulière à Dijon, y a pas mal de groupes et plein d’initiatives mais pas vraiment de force collective, que ce soit en termes de style ou de dynamique. Mais après je trouve que ça fonctionne bien comme ça et ça donne une chouette diversité de trucs.

Sinon ailleurs, on a aussi nos copains de Xtrem Scandalous à Dour !

 

Est-ce que vous lisez sur la musique ? Quels fanzines, magazines ou webzines par exemples ? Est-ce que vous trouvez ça intéressant ?

F : Je lis surtout des articles sur internet, un peu au pif en fait. Ce que je vais voir défiler sur Facebook.

G : Je traîne pas mal sur Guts of Darkness, Pertes & Fracas, Heavy Mental (RIP), Gonzaï, et quelques autres. Surtout des webzines en fait, sauf pour Gonzaï où je préfère le magazine. Mais je lis pas forcément toujours les chroniques, je glane des noms, deux ou trois infos et je vais écouter après. En fait, j’aime surtout voir des gens encenser un album pour des raisons qui me parlent et aller voir si le disque me plaît aussi ou non. J’ai découvert énormément de trucs comme ça.

Un mot de la fin ?

G : Au revoir.

A : Soupe aux artichauts.

Cette interview est illustrée des photos d’Elsa Dumoulin prise au Brin d’Zinc le 25 novembre 2016. Un grand merci à elle !

>>>>>>>>>> DON AMAN

Diesel, 20 ans de punk-rock dans les yeux

David Basso - photo promo 1

Diesel, c’est le punk-rock vu de l’intérieur, un road-movie dont l’idée a lentement germé dans l’esprit de David Basso, alors qu’il accompagnait, photographiait et filmait certaines des formations marquantes de la scène des années 90. Travail titanesque d’archivage, d’interviews et de montage pour arriver à un film qui capte à la fois la vie quodienne de ces groupes et sonde les questionnements et débats qui les traversent. En prévision de la projection de ce film à la MJC de Reignier le 23 décembre, nous avons posé quelques questions au réalisateur.

Hello David, tu dis dans la bande-annonce de Diesel que le projet de ce film est intimement lié au groupe Uncommonmenfrommars. Peux-tu nous parler plus précisément de ce que ce groupe représente pour toi ?

J’ai connu les jumeaux au lycée, Trint & Daff, on a très très vite sympathisé. Un weekend je suis allé dormir chez eux, j’ai fait la connaissance de toute la famille, leurs parents, Anne-Gaëlle la petite soeur agée de six ans à l’époque, Ed avec des cheveux (presque) longs et Forest qui était bloqué dans sa chambre à rejouer encore une fois à Final Fantasy VII sur PS1…

diesel-affiche_BD.png

Ils sont tous interviewés dans le film. Ils ne faisaient pas de musique encore. Avec les jumeaux ont faisait de la vidéo au lycée. J’ai persisté et tout naturellement quand ils ont commencé à faire de la musique, j’étais là pour filmer. Comme quand Forest s’est lancé avec The Pookies, j’étais là.

Pourquoi fallait-il que tu fasses ce film, Diesel ?

En gravitant dans le Punk-Rock, en côtoyant en plus des Unco, les ISP, puis les Burning, The pookies, Hateful Monday, Flying Donuts, d’années en années je constatais qu’un film sur cette scène n’existait pas ! Il y avait bien des films sur Portobello Bones, Seven Hate, mais pas sur la scène de manière globale! J’utilise mon lien avec les Unco comme fil conducteur narratif et pour permettre au spectateur de se plonger avec les Unco dans l’univers d’un groupe en tournée, ensuite de plus en plus d’intervenants se rajoutent au propos, des vétérans comme Brian Baker de Minor Threat, Fat Mike, Peter Black des Hard-ons pour l’international, aux Flying Donuts, Rebel Assholes, Dirty Fonzy, Burning Heads et bien d’autres encore pour la France !

Et si il n’existe toujours pas de film aujourd’hui sur cette scène à part Diesel, ça justifie le fait que ce film doit exister ! Ha ha !

Plus sérieusement c’est aussi l’envie de raconter comment ça « marche », la musique via un groupe indé. Loin des victoires de la musique ou du show-biz.

diesel-presse-promo-15.jpg

Dans le film, il y a n’a pas que des groupes mais aussi des gens qui travaillent dans les médias ou l’industrie du disque, pourquoi c’était important d’avoir leur point de vue ?

Tout simplement pour avoir leur point de vue sur le succès du punk en France, d’ouvrir le discours au-delà de « les majors, c’est tous des pourris et vive les labels indés ».

As-tu cherché à mettre en scène des points de vue contradictoires ?

Non, pas specialement. Chacun avait ce qu’il avait à me dire devant la caméra. Ensuite, au montage, en mettant bout à bout les points de vues, tout le monde est assez sur la même longueur d’onde. Bien sur il y a des contradictions, mais je dirais plus que c’est une question de point de vue, comme Sid le manager des Unco ou Laura Jane d’Against me ! qui disent que pour vivre de sa zique il faut faire que des concerts, que le cd reste un objet pour le merch et Fat Mike du label Fat Wrekcords qui pense qu’il faut que tu fasses « ton meilleur album » et que c’est lui qui attirera le public au concert. Je te laisse méditer la dessus… 😉

diesel-presse-promo-03.jpg

Diesel couvre une partie assez longue de ta vie, des années 90 à aujourd’hui, comment s’est-il construit ? Y a-t-il des thèmes qui ont émergés sur le tard ou tu savais depuis le début ce dont tu allais parler ?

J’ai commencé à archiver en 1999 et j’ai fait ma première interview en 2006. J’avais les questions « types » et des plus personnelles en fonction de la personne interviewée. Mais d’années en années le projet a évolué. En 2015 à la clôture de la campagne Ulule, je suis reparti à zéro sur le projet Diesel en regardant toutes les interviews, en faisant table rase des images. Je me suis dit que ce n’était pas suffisant, qu’il fallait creuser le sujet. C’est là que j’ai interviewé les membres de Bad Religion, Stéphane Saunier de Canal+, Mathieu Pinaud de Pias, Marsu, Fabien Hein (le sociologue qui a écrit Ma petite entreprise punk, sur les Flying donuts), Marlène Follain, de nouvelles interviews de Ed et Jim et bien d’autres encore ! Heureusement, non ?

diesel-presse-promo-06.jpg

Le punk, au départ, c’est une musique plutôt anti-autoritaire, anti-système, que reste-t-il de cet esprit quand on essaie de vivre de la musique ?

Tous les groupes ne vivent pas de leur musique. Il y a des groupes qui en vivent en créant leur propre label où la distribution des disques se fait principalement sur les concerts ou sur Bandcamp. Ils prennent les décisions eux-mêmes, sans attendre l’aval d’un directeur artistique ou de quelqu’un d’autre et tombent 150 concerts par an pour avoir un smic. Ils se débrouillent par eux-mêmes en marge du système établi par les maisons de disque… Après, on peut tous être en guerre contre le système, mais quand on est tous fourrés sur Facebook avec nos smartphones, je ne sais pas trop si le punk est anti-système. C’est plus contre-courant qu’on devrait dire ? Pierre des Burning le résume très bien dans le film…

diesel-presse-promo-19.jpg

Ton film est centré sur les années 90, la période actuelle est-elle très différente ? En quoi, selon toi ?

On parle de ce qu’on connait, dans le film je parle des années 90, des Unco aux Burning… C’est juste un feeling musical, « les années Fat et Epitaph ». C’est ma génération. J’aurais fait un film différent si je ne m’étais intéressé qu’aux groupes d’aujourd’hui ! Il y aurait eu beaucoup moins d’émotion !

diesel-presse-promo-01.jpg

Est-ce-qu’il y a des réalisateurs qui ont particulièrement influencé ta façon de faire des films ?

Il y en a toujours ! Pour Diesel il y a deux documentaires : Dogtown, de Stacy Peralta et Looking for sugar man de Malik Bendjelloul. Le premier pour cette narration typiquement américaine de la culture Skate mélant images d’archives, interviews, vidéos, photos et musiques cool ! Le second pour l’émotion qui est constante tout au long du film !

Les groupes présentés dans le film sont, je crois, des groupes avec qui tu as une histoire en tant que cinéaste. Y a-t-il des groupes que tu aurais aimé inclure et qui ne sont pas dans le film ?

Je te retourne la question, c’est surtout improbable qu’à mon niveau j’ai des gens comme Fat Mike, Greg Graffin, Peter Black, Frank Turner… Comme je le dis souvent, si en 2006 au moment de mes premières interviews, tu m’avais dit que j’allais les interviewer, même Didier Wampas ou Stéphane Saunier, je ne t’aurais pas cru !

Après, il y a toujours des personnes à rencontrer ou à interviewer ! Allez, prochaine étape : Jimmy Page, Robert Plant, Bruce Springsteen et Mike Muir ! Je trouverais bien une logique à tout ça au montage ! 😉

diesel-presse-promo-17.jpg

Quand la sortie officielle du film est-elle prévue ? Comment va se passer la diffusion et distribution ?

Pas de sortie officielle à l’heure d’aujourd’hui malheureusement ! Entre dix et vingt dates sont en cours pour 2018. Pour ça on travaille avec Thib de pressure-tour qui booke le film comme un groupe. Les demandes passent aussi par le site du film (http://www.diesel-lefilm.com), mais j’aimerais qu’on trouve un vrai distributeur pour une vraie sortie en salles ! le rêve quoi !

David Basso - photo promo 3.jpg

Un grand merci pour tes réponses, veux-tu ajouter quelque-chose pour conclure ?

Merci cher lecteur, si tu as envie de voir le film et nous aider, tu peux aller voir ton ciné d’art et d’essai du coin, on se met en relation et c’est presque aussi simple que ça pour qu’il soit diffusé dans le cadre d’une soirée avec un groupe en accoustique en prime !

>>>>>>>>>> DAVID BASSO

>>>>>>>>>> DIESEL

« Punk au chapeau » : une interview avec Olivier Lowlight (PART 2)

pork pie hat jaune

Suite de notre interview avec le punk annecien. On y cause photo, lecture, graphisme et conseils vestimentaires, entre autres ! Merci encore à lui.

Si tu devais donner trois conseils d’écoute pour quelqu’un qui ne connaît pas le punk-rock, ce serait quoi ?

Des conseils ? Je ne sais pas trop…

Tout d’abord il faut comprendre l’état d’esprit du punk-rock, son « éthique » : tout le monde a le droit et peut faire du punk rock, pas besoin d’être un virtuose. Donc forcément il ne pas s’attendre à des concerts carrés, ou à des disques au son super produit. Il faut se rappeler de la démarche qui consiste à dire : je peux le faire, ou tout du moins essayer. Cela dit, appeler punk rock certains trucs n’excuse pas tout, ah ah ah !

Ecouter avec le volume à fond, en sautant partout ou en faisant du air guitar.

3-Et si on aime, ne pas hésiter à être curieux. Le punk rock c’est très très vaste, il n’y a pas que les Sex Pistols. Ecoutez Fugazi (je l’ai déjà dit, non?), ou les Thugs, ou les Carbonas, ou The Nomads, ou… Allez hop ! trois groupes vite fait, comme ça, à découvrir. Profitez, c’est gratuit :

Chrome Cranks : Shine It On (un des plus grands groupes de l’univers du monde entier de la terre, selon moi).

The Pagans : What’s This Shit Called Love ? (un groupe culte, souvent ignoré et oublié des encyclopédies du rock…)

Baseball Furies : Desperate Pleasures (écoutez tout l’album, Greater Than Ever, un des meilleurs disques de garage punk des années 2000, des paroles d’une noirceur totale)

Voilà. Ce sont tous des groupes américains, et presque du même coin. Pas trop de trucs français dans mes influences, à part les Thugs ou les Dogs, qui chantaient en anglais en plus.

Olive rouge

Tu fais également un site de photos de concerts (LowLightConditions). Qui ou qu’est-ce qui t’a inspiré pour te mettre à la photo ?

Pendant plus de 10 ans j’ai assisté à plein de concerts incroyables, des choses que tes collègues de boulot ne comprennent pas. Pour elles/eux, un concert ou une performance live c’est Johnny au Stade de France, ou une poufiasse qui tente sa chance à la Star Ac’; un petit groupe c’est un groupe de baloche qui fait des reprise de Emile et Image, ou alors un groupe de quardras qui s’éclatent sur du Noir Désir à la fête de la musique (alors qu’ils pourraient reprendre le Gun Club, tant qu’à faire).

Pendant plus de 10 ans je me suis dit : « Merde ! Et il n’y a personne pour filmer ou prendre des photos ! ».

J’aimais déjà la photo, mais je n’étais pas un vrai photographe, pas de vrai appareil digne de ce nom et aucune connaissance technique. J’admirais le travail de Glen E. Friedman, Ed Colver ou Charles Peterson, mais je n’avais absolument aucune idée du matériel qu’ils utilisaient. De plus le prix était un frein.

En 2007, j’ai touché une prime au boulot, je me suis payé un réflex numérique, marque Pentax, un K10D. Pourquoi Pentax ? Parce que c’était l’outsider, l’alternative aux deux gros (Canon et Nikon). Et pour à peine plus cher que les Canon et Nikon de la même gamme, le K10D était construit comme un tank (coque magnésium et baïonnette en métal) et il ne craignait pas les éclaboussures, deux choses utiles quand ça bourre dans un pogo et qu’il pleut de la bière… Depuis j’ai évolué, je suis passé au K20D, ça doit bien faire 8 ou 9 ans maintenant, ah ah ah !

Du numérique ? Ben ouais, le numérique c’est pratique : tu vises, tu fais tes régalages, clic, clac, tu regardes ton écran, c’est pas bon, tu corriges… Et comme ça tu apprends très vite. Alors certes, il faut quand même du temps pour maîtriser et peaufiner les techniques, mais tu gagnes aussi de l’argent sur les développements ou sur l’inscription au club photos du coin, ce qui t’évites par la même occasion de fréquenter des dames de l’âge de ta mère, ou ta grand-mère, qui se montrent des photos de leurs chattes. L’animal de compagnie bien entendu…. (Merci Laurent pour cette anecdote).

Y a-t-il une photo dont tu es particulièrement fier ou content et que tu voudrais partager avec nous ?

Rien de spectaculaire, juste une photo de Chris Langeland.

Chris

Nurse, mon groupe préféré du coin (et du moment). En attendant qu’ils veuillent bien sortir quelque chose…

nurse

Quels sont les retours sur LowLightConditions ? Que penses-tu que ce genre de site peut apporter ?

Un témoignage d’une scène à une époque. C’est bateau comme réponse mais je ne vois pas trop quoi dire de plus… C’est consultable par tout le monde, le site est sobre, On peut y accéder depuis à peu près n’importe quel navigateur ou n’importe quelle machine. Et de toute façon je ne sais pas faire mieux.

Les gens me disent aller régulièrement sur le site pour voir les nouveautés. En ce moment ils doivent être déçus, je ne fais plus grand chose depuis des mois.

The Sloks a sorti un 45 tours et ils ont utilisé une des photos de leur concert à la Spirale pour le dos de la pochette. J’en ai reçu un exemplaire par le courrier, c’est très bien, parfait. Je ne demande pas plus.

Qu’est-ce que tu penses des photos de concerts locaux qu’on peut voir, sur internet par exemple ?

Je me dis qu’il y a encore des gens motivés. Motivés pour organiser des concerts et motivés pour documenter tout ça. Bon, je sais bien que ça n’intéresse pas grand monde. Encore une fois, il n’y a qu’à voir la fréquentation dans les concerts de musique « alternative »… Je parle pour Annecy. Ailleurs ça m’a l’air plus vivant.

As-tu déjà fait/participé à un zine papier ?

Nan. Mais des potes ont utilisé quelques photos pour leur fanzine Achierpointcom, maintenant officiellement disparu, je pense pouvoir l’affirmer. Mais leur label Shit In Can Records est toujours actif.

sweeders

Lis-tu toi-même des fanzines / webzines / magazines régulièrement ? Quels seraient tes conseils de lecture ?

Je lis moins qu’il y a quelques années, mes acouphènes me gênent beaucoup dans la concentration nécessaire à la lecture.

Il y avait un fanzine que j’aimais particulièrement bien, mais qui a disparu : Punk Planet. Des interviews ont été regroupées dans un livre qui s’appelle We Owe You Nothing, je ne sais pas si c’est encore disponible.

J’achetais aussi Thrasher Magazine, pour le skateboard et pour la musique, notamment l’encadré de Wez Lundry qui était très orienté garage et punk. Mais il est devenu difficile de le trouver sur Annecy. En parlant de garage et de punk j’aime bien Dig It !, mais je ne l’ai pas acheté depuis des années non plus. J’essaie de me faire ma propre opinion en écoutant beaucoup de musique sur internet. L’avis des critiques ne m’intéresse pas, je préfère consulter la biographie et la discographie des membres de groupes, c’est plus enrichissant.

D’ailleurs je lis presque exclusivement des livres sur la musique : témoignages ou biographies. Je termine en ce moment England’s Dreaming de Jon Savage. Une histoire du punk anglais et une espèce d’essai sociologique en même temps, très intéressant. J’ai commencé un livre sur la scène de Seattle : Everybody Loves Our Town : un recueil d’interviews par Mark Yarm. Et un autre bouquin sur Nuclear Device.

Ah oui, un roman finlandais bien barjo : Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés de Arto Paasilinna.

Continuons dans le roman. J’aime beaucoup le polar et le roman noir, en France avec Jean Bernard Pouy ou Jean Patrick Manchette ; et aux USA avec Chester Himes ou Davis Goodis. Et je conseille vivement David Peace, un auteur anglais, et son Quatuor du Yorkshire, œuvre en quatre volumes (1974,1977,1980 et 1983) avec un style proche de James Ellroy. C’est très, très, mais alors très noir.

En politique, je lis de temps en temps un essai (Noam Chomsky par exemple), mais je n’écoute plus aucun discours depuis bien longtemps. De toute façon c’est le plus démagogue qui gagne, les gens sont débiles, ça ne va pas tarder à se démontrer une fois de plus…

Lu le mois dernier: L’Univers à portée de main, écrit par Christophe Galfard, un élève de Stephen Hawkin. Un ouvrage de vulgarisation pour comprendre comment, en gros, fonctionne l’univers, de la théorie de la relativité générale à la mécanique quantique, sans avoir à se taper des équations imbitables.

Tant qu’on est sur le sujet je vous conseille ces conférences de Etienne Klein, David Elbaz, Leonard Susskind (en anglais).

J’aime la bande dessinée, surtout l’indépendante et surtout en noir et blanc, encore du snobisme. Sinon, je suis abonné à Fluide Glacial, c’est tout

Je suppose que en tant que photographe, tu es sensible au graphisme. Pourrais-tu nous donner 3 pochettes de disques dont tu apprécies le graphisme ?

1 – The Monsters, Youth Against Nature (1995).

monsters

Pochette dessinée par Merinuk: http://intherubberroom.blogspot.fr/

Le premier pressage sur Record Junkie est une espèce de pochette triptyque. Je vous laisse découvrir l’intérieur. Le repressage chez Voodoo Rhythm est en gatefold.

2 – Unsane, Vandal-X.

unsane

45 tours sorti chez Sub-Pop en 1990.

Un de mes groupes préférés, vu six fois en concert. J’adore cette pochette, je ne sais pas pourquoi, elle me fascine. A tel point qu’il y a une vingtaine d’année j’en avais fait un t-shirt à l’aide d’une imprimante et de papier transfert. Du noir et blanc, un truc sombre, parfait, merci.

3 – His Hero Is Gone, The Plot Sickens: Enslavement Redefined.

his heroo is gone

Le groupe avant Tragedy, les inventeurs du « crust mélodic », ah ah ah !

Je les avais découvert avec le 45 tours Fools Gold, sorti la même année (1998).

Là encore du noir et blanc, avec un graphisme bien sombre et sinistre, je dois avoir un problème avec la joie de vivre, non ? Pochette gatefold avec une photo intérieure dont le message semble intemporel face à la condition humaine. Je vous laisse décrouvrir…

Voilà, c’est tout, merci beaucoup, Olivier ! Mot de la fin ?

Soyez pessimistes !

On a moins mal au cul quand vient le temps des désillusions.

Ah, et une dernière question, le petit chapeau que tu portes souvent me fait penser à Billy Childish, est-ce une référence à l’ancien chanteur des Headcoats ?

Nan, c’est juste que j’ai une tête à chapeau, j’en profite… Et puis je suis chauve. Le modèle, c’est un simple pork pie hat, un peu vieux, mais comme ça je peux le fourrer dans le coffre de la Vespa sans craindre de le déformer, il est déjà bien abimé.

Je possède une casquette comme celle que des Headcoats, mais je la porte rarement car elle est un peu grande, faudrait que j’en trouve une à ma taille. Ca s’appelle une « deer hunt cap » en anglais pour celles et ceux qui voudraient en porter une aussi.

Les groupes d’Olive : Fuck da tourist, Smutt, What the fuck?!, Thee Sweeders

Son site de photos : Lowlightconditions

« Punk au chapeau » : une interview avec Olivier Lowlight (PART 1)

Olive.jpg

Impossible de ne pas l’avoir déjà croisé à un concert punk, rock ou hardcore, où sa silhouette dégingandée occupe souvent une place du premier rang. Sans compter qu’il trouve le moyen de jouer dans pas moins de quatre groupes et de s’occuper de Lowlightconditions, son site de photos de concerts. Ce type est-il humain ? Une chose est sûre, en tous cas, Olive est un hardcore punk-rocker et un activiste de longue date de la scène annecienne. Je lui ai donc envoyé quelques questions. Vu son agenda de candidat en campagne poursuivi par la justice, ça a pris un petit bout de temps mais les réponses sont finalement là et chaque ligne vaut dix fois les semaines d’attente. L’interview sera publiée en deux fois en raison de sa longueur. Enjoy !

Peux-tu nous présenter les groupes dans lesquels tu joues et nous parler un peu de leur actualité ?

C’est parti !

Je commence par le plus ancien : Fuck Da Tourist. Le groupe se définit comme de l’anarko punk’n’roll, comme ça nous avons notre case pour être classifié et rangé : paroles engagées et influences hardcore des 80’s / rock’n’roll. Le groupe s’est formé en 2000. Mais il existait une « proto version » en 1995/96, sans nom, dans laquelle officiaient déjà trois membres, le canal historique comme nous le définissons, ha ha ha!

Je ne vais pas te faire la généalogie parce que il faudrait bientôt une page complète mais pour l’instant nous sommes cinq : Laurent à la batterie, Cyril à la basse, Cédric à la guitare rythmique et moi à la guitare lead (façon de parler). Et pour finir Manon au chant. Elle nous a rejoint récemment et elle est la cinquième personne à prendre le poste. Pour l’instant nous répétons des anciens morceaux, des nouveaux arrivent petit à petit. Nous avons déjà fait quelques concerts et ça s’est très très bien passé. Ce groupe a sorti deux albums et donné quelques morceaux pour diverses compilations à buts militants. Un rythme très lent au niveau de la production, un album pour 2024 ?

Passons à What The Fuck ?! C’est du garage dans le style Crypt Records ou In The Red Records, donc très basique, punk quoi ! On y trouve Jab (ancien Fuck Da tourist) à la batterie et au chant, Pedro et moi aux guitares. Parfois je me colle au chant (hum hum…).Pas de basse.

Notre projet le plus immédiat est d’enregistrer enfin un album (2017?) après bientôt 14 ans d’existence et un seul 45 tours split avec Jack Burton. Oui, encore un rythme très lent. Les changements de rythme de vie (enfants, travail…) expliqueraient en partie tout ça. Mais nous sommes toujours partants pour les concerts.

fdat

Ensuite vient Smutt, un groupe de Punk’n’roll efficace, aux textes engagés, parfois non. Formation à cinq membres qui a débutée en 2012/13 : Oliv à la batterie, Jim et Ben aux guitares, Mouss (ancien Fuck Da Tourist) au chant et pour finir moi à la basse. Nous avons enregistré sept titres chez Big Balls Studio et ils devraient atterrir sur différents supports : un 45 tours disponible dès maintenant pour la modique somme de 5 euros, un split 45 tours (reste à trouver l’autre groupe…) et peut-être une compilation.

Comme les deux groupes précédents (et celui qui suit), le but premier, tout du moins pour ma vision du truc, c’est de jouer partout où c’est possible.

Et pour finir Thee Sweeders, le groupe le plus récent, que j’ai rejoint en 2016. Je ne sais pas trop comment nous définir, peut-être du garage 60’s, mais version années 2000? Tout ce que je sais c’est qu’avec ce groupe, je me suis bien mis dans la galère puisque je suis à l’orgue électrique… Et je ne sais pas du tout jouer du clavier. Je ne suis déjà pas un grand bassiste ni un grand guitariste, mais alors le clavier… Donc j’apprends en répète, sur le tas, car je n’ai qu’un seul orgue. De toute façon, je ne joue déjà pas de basse ou de guitare chez moi, ça ne change pas grand chose à mon incompétence musicale.

Ce groupe est composé de Flo à la Batterie, Nox à la basse, Guibs à la guitare et au chant, et pour finir moi avec mon orgue électrique GEM Joker 61 de la fin des années 70.

Nous avons un set de 40 minutes avec deux reprise (Murder City Devils et Gun Club). Ca s’étoffe petit à petit. Nous avons fait quelques concerts qui se sont très bien passés. Les gens me posent même des questions sur mon son d’orgue car ils le trouvent intéressant, comme quoi la technique on s’en branle…

Avec autant de différents projets, t’arrive-t-il de te mélanger les pinceaux, de confondre les morceaux ?

Les groupes ne se ressemblent pas, même si tous ont pour trait commun une approche punk, j’utilise divers instruments pour faire du bruit, et surtout je ne suis pas encore sénile donc ça va, je ne mélange pas tout.

flyer

Je crois que tu as environ 40 ans… A ton avis, qu’est-ce que le punk-rock peut encore apporter aujourd’hui ? Et à toi, qu’est-ce qu’il t’apporte ?

Ca va faire 26 ans que j’ai 15 ans. Rien de grave.

Le punk-rock n’est qu’un genre musical, une des multiples évolutions du rock’n’roll. Il n’amènera aucun changement ou aucune révolution dans la société actuelle où tout est digéré, assimilé et rendu obsolète en un temps record. Dans les années 70, ça a sûrement été une petite révolution et les maisons de disques ont flairé le truc en signant des groupes de punk-rock. Il ne faut pas croire que c’est l’industrie de la musique qui impose ses goûts aux consommateurs. L’industrie de la musique repère ce qui plaît, fait du marketing et le propose ensuite au consommateur lambda, souvent jusqu’à l’overdose. Et le consommateur lambda aime se gaver de merde. Tu n’as qu’à constater ce qui cartonne.

Je suis conscient que c’est bien plus complexe que ça et que ma vision est un peu caricaturale et simpliste, ce que tu retrouves souvent dans le dogme du punk-rock. C’était déjà dénoncé par Jello Biafra à l’époque des Dead Kennedys avec le morceau Chickenshit Conformist où il explique clairement que la scène punk est centrée sur elle-même et qu’elle ne changera jamais rien, que le punk rock mérite de mourir car il répète les schémas qu’il était censé combattre. Et relisez aussi les paroles de Nazi Punks Fuck Off, ça ne parle pas spécialement des nazis, mais d’un état d’esprit proche du fascisme dans le punk-rock.

L’industrie musicale se plante parfois, même souvent, personne ne sait comment faire un tube, et il existe de très bonnes choses sur les majors. Mais, encore une fois, j’ai l’impression que c’est la soupe qui gagne, que le consommateur lambda n’a pas envie de chercher, d’explorer, et cela malgré internet qui est un « endroit » formidable pour découvrir et apprendre. Quand j’écoute Built To Spill ou Radio Birdman au boulot, je ne suis pas très sûr que ça plaise à mes collègues, mais tant pis. Après tout je dois subir Radio Nostalgie en contre coup. Donc pour le consommateur lambda, qui est majoritaire, le punk-rock n’amène rien, c’est un genre musical à aimer ou détester, point barre.

L’une des premières fois où le mot punk est employé pour définir une attitude et un genre musical, c’est dans les notes de pochettes des « Nuggets », sortie en 1972 par Leny Kaye, qui compile des groupes garages et psychés des années 60. Ces chansons parlaient surtout des désirs, des frustrations et des expériences d’adolescents, ce n’était qu’une variation du rock’n’roll des années 50. Nombre de groupes proto-punks (ce néologisme n’est pas de moi!) ont été influencés par cette approche primitive, hédoniste et parfois pessimiste, les Stooges étant pour moi le meilleur exemple.

smutt.jpg

Le MC5 est peut-être le premier groupe à y mêler une vision politique.

Donc je résume, le punk-rock, je le définirai comme étant :

1 – une catégorie, une case parmi d’autres pour l’industrie musicale, les réseaux sociaux (ou pas) et le consommateur lambda.

2 – une tentative d’appliquer le principe du D.I.Y. des Hippies. Et souvent une approche élitiste et snobinarde, ce qui va à l’encontre des principes d’ouverture d’esprit du punk, on n’en est pas à une contradiction près…

Ma vision du punk correspond à ma deuxième définition.

J’aime des groupes tels que les Ramones, The Clash, Nirvana ou The Strokes mais mon admiration va toujours vers des groupes tels que les Pagans : des groupes underground (ce qui parfois n’est pas forcément la volonté des groupes, ah ah ah !), sortant leur musique sur leurs propres labels parce qu’il n’y a rien d’autre, par exemple les groupes hardcore (au sens large) de la fin 70’s/début 80’s. Les Dead Kennedys étant un de mes groupes cultes, si ce n’était pas déjà évident, ah ah ah !

Une chose intéressante c’est que le punk n’est pas forcément rock. Tout peut-être mis à la sauce punk : le blues, la musette, le ska… Donc le punk est un excellent moyen de découvrir, d’être curieux. Le D.I.Y. c’est aussi la littérature, la peinture, le graphisme, le cinéma, la mode… C’est un état d’esprit qui a poussé un adolescent ayant un fort penchant pour le bizarre, l’étrange, à être curieux et à plus se cultiver tout en restant un peu en marge, et en le vivant très bien. Je parle de moi. Je n’étais plus seul. D’autres personnes un peu bizarres se bougeaient et faisaient avancer leurs petits mondes à elles tout en ayant rien à battre de l’opinion des autres.

Cependant j’avoue que dernièrement j’ai perdu un peu de ma curiosité, je suis un peu déconnecté et plus très au courant de ce qui se fait. Je continue à acheter des disques, moins qu’avant. Moins de livres et moins de DVD. Les finances y sont pour quelque chose. Et j’ai surtout passé une année à remonter ma vieille Vespa, donc j’ai lu de la revue technique et visité du site de pièces détachées. Maintenant je répare des amplis guitare, des platines vinyle, et j’achète des pédales d’effets en kit, à monter soi-même, ce sont mes nouveaux passe-temps… Tout en écoutant de la musique, évidemment, mais moins de nouveautés, c’est certain.

285---Annecy--74-

J’imagine que tu connais plutôt bien la scène d’Annecy, qu’est-ce qu’il s’y passe en ce moment ?

J’ai commencé à trainer sur la scène annécienne vers 1995. Je restais avec des potes à glander dans Seynod, ville dortoir. On n’imaginait même pas qu’il pouvait se dérouler des choses sur Annecy, donc j’ai manqué ce qui s’est passé au début des années 90.

Comme partout, des groupes se forment et d’autres splittent. En ce moment je n’entends pas parler d’un groupe qui envoie le pâté et dans lequel il y aurait des jeunes Par jeunes, j’entends 15/25 ans. Bon après, peut-être qu’il y a un effet générationnel dans le punk-rock aussi, les jeunes ne s’intéressent pas aux vieux, et réciproquement. Et puis le punk n’est qu’une phase de la vie, non ? Donc il est normal que moins de monde vienne au concert des vieux groupes, ah ah ah! Ceci dit il y a Anarmada, du punk d-beat fait par des jeunes, mais plus trop jeunes non plus.

Des lieux ouvrent, d’autres ferment. Aujourd’hui il reste surtout des bars : le Bistro des Tilleuls (où tu as aussi des soirées littéraires), Le Chicago, La Brasserie Pirate. Des lieux plus alternatifs ont, ou vont cesser toute activité : La Machine Utile (encore que, on ne sait jamais si ce lieu est vraiment mort…), l’Alterlocal. Il y a un squat qui a ouvert récemment à Rumilly, et eux se bougent pas mal, les concerts ont lieu le dimanche après-midi. Et ça draine du monde, surtout pour un dimanche. Mais ils commencent à être emmerdé(e)s.

Pour en revenir à Annecy, j’ai l’impression que c’est un peu mort. Sauf pour les groupes célèbres, qui n’ont pas trop de mal à remplir le Brise Glace. Je me répète mais le punk rock n’est qu’un genre musical…

En même temps ça n’a jamais été très vivant, on reste dans une petite ville, les passionné(e)s et les militant(e)s tournent en vase clos, comme depuis toujours. Il faut faire avec une politique culturelle catastrophique, J’ai le sentiment qu’Annecy se transforme de plus en plus en ville 5 étoiles.

wtf2.jpg

What the fuck?! à la Spirale en septembre 2016

Peux-tu nous dire une chose positive et une chose négative à propos de la scène d’Annecy ?

Annecy étant une ville à l’esprit petit bourgeois bien étriqué, tout du moins c’est l’impression qui en ressort, si tu t’intéresses tu as vite fait de connaître tous les gens valables, et vite fait d’écarter les poseurs, les m’as-tu-vu.

La scène underground est petite et au niveau musical, c’est très incestueux. Les gens jouent dans pleins de groupes, ou projets comme on dit, ah ah ah ! Et tu as une sincérité et une humilité, c’est vraiment appréciable, tu ne retrouves pas cet état d’esprit de merde qui caractérise l’Annécien(ne): péter plus haut que son cul. Et puis ça bouge quand même bien, malgré le manque de moyens. Tu peux toujours te faire prêter une sono ou un ampli pour dépanner. Mais comme partout en France, ça manque un peu de lieux pour jouer. Comme dit plus haut, il y a quelques bars, mais en général « le sens de la fête » est limité par la présence du voisinage. Si tu ne joues pas trop fort, tu as l’Amnésie ou Chez Dudu. Un autre problème est le prix des loyers : si tu veux essayer de monter une structure indépendante pour ne pas dépendre de la politique culturelle locale, il faut bien tout calculer parce que le prix de la location ou de l’achat d’un local va être considérable.

Et pour finir, il manque un groupe de post-hardcore, un truc à la Cult Of Luna. Si des gens motivés lisent ces lignes…

sweeders

Quelle est ta vision d’une scène indépendante ? Penses-tu que les punks devraient complètement refuser tout ce qui touche au capitalisme ou à l’état (codes-barres, circuits de distributions culturels classiques, promotions, subventions, etc.) ou es-tu plus « cool » ?

A partir du moment où tu vends quelque chose, c’est du commerce, donc du capitalisme, ah ah ah ! Raccourci à la con. Comme je l’ai déjà longuement expliqué plus haut, je me méfie des dogmatismes, il est trop facile de simplifier les choses et d’en faire une règle : ça c’est de la merde parce que c’est sur une major, ça c’est bien parce que c’est sur un label indé… On ne peut pas nier la subjectivité et les goûts de chaque individu.

Donc chacun fait comme il le sent, personnellement mon but est l’échange. Pour autant que je sache, aucun des morceaux des groupes dans lequels je joue n’est enregistré à la SACEM, et aucun des disques n’arbore un code barre.

On a joué dans des squats, des salles subventionnées ou pour des associations. Pas d’apolitisme évidemment, soyons clairs, mais pas d’extrémisme non plus. Et je me fais souvent cette réflexon : jouer du punk et avoir un discours plolitisé dans un squat, c’est facile. Quand c’est pour une fête de village, une kermesse ou un festival de MJC, c’est là que ça devient super dur. Tu réalises que 99% des gens s’en branlent de ton discours politisé, ah ah ah ! Ils veulent juste danser et s’amuser, « pis la sono est pourrie, on comprend pas les paroles… »

Je sais que je suis très très mauvais commerçant, j’ai tendance à donner les choses, les disques de mes groupes ou mes photos de concerts… Mais après tout, c’est le but. Pourquoi garder tout un stock de disques dans une cave ? Je préfère les donner et me dire que éventuellement la personne l’écoutera une fois rentrée chez elle. C’est comme ça qu’il y a des disques de Fuck Da Tourist un peu partout dans le monde, hé hé hé…

Pareil pour les photos, si le groupe veut utiliser une photo pour son site ou pour une pochette, pas de problème. Je ne demande qu’un exemplaire du disque, c’est tout. Je ne mets jamais de copyright. Ce n’est pas moi sur la photo, c’est le groupe.

Par contre il existe une chose qui me rebute et dont je n’arrive vraiment pas à comprendre l’utilité, c’est Facebook. A quoi ça sert réellement ? Si tu revendiques un minimum de créativité, si tu te prétends quand même un peu artiste, tu te fabriques un site, ou tu demandes à un(e) pote graphiste de le faire.

J’arrive bien à faire une espèce de site de photos alors que je n’y connais rien.

Et puis Facebook n’a jamais drainé plus de monde dans les concerts, enfin je n’espère pas…

Fin de la 1re partie.

Fuck da tourist

Smutt

What the fuck?!

Thee Sweeders

Lowlightconditions

Punk ain’t no religious cult
Punk means thinking for yourself
You ain’t hardcore ’cause you spike your hair
When a jock still lives inside your head
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
If you’ve come to fight, get outta here
You ain’t no better than the bouncers
We ain’t trying to be police
When you ape the cops it ain’t anarchy
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
Nazi punks
Nazi punks
Nazi punks, fuck off!
Ten guys jump one, what a man
You fight each other, the police state wins
Stab your backs when you trash our halls
Trash a bank if you’ve got real balls
You still think swastikas look cool
The real nazis run your schools
They’re coaches, businessmen and cops
In a real fourth reich you’ll be the first to goYou’ll be the first to go
You’ll be the first to go
You’ll be the first to go
Unless you think
Dead Kennedys, « Nazi punks fuck off »