« Comme un poison dans l’eau » (Viagra boys – piscine du Lignon, 6 fév.)

Chaque année, le festival Antigel lutte à sa façon contre l’engourdissement hivernal qui s’empare de Genève en distillant une programmation pointue mais où chacun ou presque peut trouver chaussure à son pied. En marge d’événements plus prestigieux, le concert à la piscine du Lignon fait figure de soirée délurée où la température monte de manière déraisonnable, comme c’était le cas en 2018 avec Idles et cette année avec les suédois de Viagra boys.

JPEG - 478.9 kb

Il n’est pas certain que tous les groupes auraient été à l’aise avec l’idée de jouer dans une piscine. Sur le bord de la piscine, pour être précis – et non, on n’est pas obligé de se baigner ou d’être en maillot de bain, juste pieds nus. C’est plutôt amusant pour le public en goguette qui se presse devant la scène ou pique une tête en attendant le concert mais un peu particulier, tant au niveau du son que du cadre.

Mais les Viagra boys n’en ont clairement rien à secouer. La loose et l’auto-ironie, le groupe suédois en a fait sa marque de fabrique*. Post-punk de camping, disco frelaté, électro tourné à l’aigre. Avec Sebastian Murphy en tête de gondole, crooner américano-suédois déjanté et tatoueur de son état. Ventre à l’air et lunettes noires, tous tatouages dehors, il promène son personnage de loser noctambule, éructe une soul rauque et titubante qui rappelle parfois les périodes les plus expérimentales des Clash et se précipite dans l’eau à plusieurs reprises durant le set.

Le personnage attire à lui les regards mais, derrière, son bad boys band — qui contient une fille aux synthés et percussions — projette impeccablement sa bande-son hypnotique. Boucles de basses abrasives, batterie métronymique, gimmicks de synthétiseurs et guitares stridentes. À peine troublée par les incursions éclairs d’un saxo qui apporte une touche no-wave à l’ensemble.

L’écho naturel du lieu atténuait un peu le mordant de leur musique, mais les Viagra boys c’est un groupe tout-terrain qui la joue au talent et s’en tire avec panache. On en sort moites et contents.

*Il n’y a qu’à regarder leur Shrimp session, concert filmé dans un hangar pendant les heures de travail, pour s’en convaincre.

PS Les supers photos sont de Amdo. Merci.

>>>>>>>>>> VIAGRA BOYS

 

 

V13, « Zone de silence » EP

Sorti dans la plus grande discrétion en novembre dernier – info diffusée par le groupe, pas de label, chroniques rares -, ce EP est le 4e disque de V13. Six années et un nouveau bassiste, également aux claviers, le sépare du précédent album. Il était enregistré chez Albini à Chicago. Celui d’avant à Genève chez Morratel. Celui-là a été mis en boîte à Bourg-en-Bresse. Retour aux sources.

Une matière dure et sombre. Des explosions de rage froide qui alternent avec les accalmies lumineuses ou embuées. Une écriture tranchante, ciselée, qui taille des contrastes forts, joue la lenteur pour encore plus de détermination – pour, comme le dit le groupe, ne frapper qu’un coup. Plus cohérents et matures  peut-être que les précédentes productions du groupe, les cinq titres de ce EP ont tous un air de famille marqué et pourtant se distinguent très nettement, tant l’écriture creuse chaque idée jusque dans ses retranchements, taille chaque riff jusqu’à l’épure. La guitare slide titubante de Remède. L’intervention efficace et décisive des claviers, ses ornements soyeux sur la reprise de Gainsbourg, L’Hôtel particulier. La basse de Dédale, sinueuse comme les dubs nocturnes de Hoover, puis la longue montée en tension dissonante, tournoyante, se tordant sur elle même, prenante comme une nausée.

Et la voix, parfaitement cohérente avec cette écriture au cordeau. Textes évocateurs, fragmentaires. Goût pour le mot rare. Voix blanche. Phrasé raclé dans lequel on entend toujours l’écho lointain de Noir désir. Il y a pas de mal. Mais auquel on peut aussi trouver une parenté avec d’autres formations marquantes du rock d’ici, passées ou actuelles. Diabologum, les grenoblois de Varsovie ou – pourquoi pas – Amanda woodward.

Un peu ascétique de premier abord, « Zone de silence » se fait peu à peu familier. Les contrastes finissent par s’éclaircir, on y trouve sa place et l’intérêt pour ce groupe de caractère fait peu à peu place à l’envie impérieuse de les voir sur scène.

>>>>>>>>>> V13